ACCUEIL

BENOÎT XVI

L'EVANGILE DU JOUR

LA FAMILLE

TEXTES DU VATICAN

JEAN PAUL II

CHRIST MISERICORDIEUX

ACTUALITE DE L'EGLISE

CATECHESES

LITURGIE

LES JEUNES

FIDELES LAICS

JOUR DU SEIGNEUR

SERVANTS DE MESSE

SPIRITUALITE

THEOLOGIE

VOCATIONS

VOYAGE APOSTOLIQUE

GALERIE PHOTOS

TV VATICAN

MEDITATIONS

BREVES

QUI SOMMES NOUS

NOUS CONTACTER
 
BIBLIOTHEQUE
FORUM
ESCHATOLOGIE
LIENS
.
STATISTIQUES
 
Ouverture du site
19 Avril 2005
 

Bureau de presse du

Saint-Siège

 SYNODE DES EVEQUES

Extraits de certaines interventions - 11 et 12 octobre 2005

 

QUATORZIEME CONGREGATION GENERALE

 

CITE DU VATICAN, 11 OCT 2005 (VIS). La quatorzième Congrégation générale de la XI assemblée générale ordinaire du Synode des Evêques s'est ouverte à 16 h 30' sous la présidence du Cardinal Juan Sandoval Iñiguez. Avant les interventions de certains Pères synodaux, se sont exprimés les Délégués des Eglises et autres confessions invitées .

 

A l'ouverture des travaux, le Secrétaire général du Synode a rappelé que c'est aujourd'hui le 43 anniversaire de l'ouverture du Concile Vatican II et la mémoire liturgique du bienheureux Jean XXIII.

 

Voici des extraits de certaines interventions:

 

MGR.ZIZIOULAS JOHANNIS, Métropolite orthodoxe de Pergame . "C'est un grand honneur pour moi de m'adresser à ce vénérable Synode des Evêques et de lui apporter les salutations fraternelles et les meilleurs voeux de la part du Patriarche oecuménique Barthélémy Ier et de l'Eglise de Constantinople. L'invitation d'envoyer un délégué fraternel à ce Synode faite à notre Eglise est un geste d'une grande importance oecuménique. Nous y répondons avec gratitude et amour. Nous, les orthodoxes, sommes profondément gratifiés par le fait que votre Synode considère, lui aussi, l'Eucharistie comme la source et le sommet de la vie et de la mission de l'Eglise . Il est de la plus haute importance que les catholiques romains et les orthodoxes puissent le dire d'une seule voix. Il existe peut-être encore certaines choses qui séparent nos deux Eglises, mais nous croyons, ensemble, que l'Eucharistie est le coeur de l'Eglise . C'est sur cette base que nous pouvons poursuivre le dialogue théologique officiel entre nos deux Eglises, qui entre maintenant dans une nouvelle phase. L'ecclésiologie eucharistique peut nous guider dans nos efforts pour surmonter mille années de séparation . Aussi, il est dommage d'avoir la même conviction sur l'importance de l'Eucharistie mais de ne pas être capable de la partager à la même Table".

 

LE REV.PHILIP VASYLTSEV du Patriarcat de Moscou  et de toutes les Russies . " L'Eucharistie est au centre de la vie de l'Eglise, et de celle de chaque chrétien . C'est pourquoi l'affaiblissement de la conscience eucharistique mène à une baisse de la conscience ecclésiale, à un déplacement des accents, et à des erreurs dans la compréhension des valeurs chrétiennes... Nous serions très heureux si notre expérience, historique et actuelle, de la vie eucharistique pouvait être utile et aider l'Eglise catholique romaine... Il ne faut cependant pas oublier que, dans l'Eglise orthodoxe russe, la préparation à la communion comprend non seulement la préparation intérieure, mais aussi la Règle (un jeûne strict de trois jours, une visite à l'Eglise pendant ces trois jours, des prières pour la communion, un jeûne eucharistique spécial après minuit) et la confession obligatoire. D'ailleurs, ces règles strictes, l'Eglise les voit non pas comme une obligation, mais comme l'application à soi-même d'une pratique qui s'est formée historiquement selon les traditions ".

 

MGR.MOURAD SEVERIUS MALKE , du Patriarcat syro-orthodoxe . " Dans notre Eglise Syro-orthodoxe, nous célébrons la Divine liturgie en syro-araméen, la langue de Notre Seigneur Jésus ; et durant la Divine liturgie, nous récitons exactement les mêmes mots que ceux prononcés par Jésus au Cénacle . Et le prêtre qui célèbre ce sacrement doit le faire seul. Je suis fier de vivre dans le monastère St.Marc dans la vieille ville, à Jérusalem, où Jésus a participé à sa Dernière Cène... La présence du Christ dans la Sainte Eucharistie ne se limite pas seulement à sa présence corporelle, Il est présent dans toute sa plénitude humaine et divine. Ainsi, le Seigneur Jésus est présent dans chacune des parties des deux éléments... Saint Paul Apôtre exhorte le croyant à se préparer spirituellement avant de recevoir la communion avec foi, respect et une conscience pure; il devrait purifier son corps et observer le jeûne de minuit précédant le rite de la communion. Il était de coutume, chez nous, de donner le sacrement de la Sainte Communion aux enfants tout de suite après avoir reçu le sacrement du Saint Baptême, le Chrisme".

 

MGR.MANOUG NAREG ALEMEZIAN, Responsable œcuménique de la Grande Maison de Cilicie ( Arménie ). "Le mot arménien utilisé pour indiquer la Sainte Eucharistie est 'Surp Patarag', qui veut dire Saint  Sacrifice. Nous sommes au service de Dieu (liturgie) dans la vie liturgique de l'Eglise et nous offrons le sacrifice d'action de grâce (Eucharistie) pour les dons qu'Il nous a faits . La Sainte Eucharistie est axée sur le don sacrificiel de notre Sauveur et génère une communion d'amour avec Dieu et avec nos fidèles à travers la puissance de l'Esprit Saint... Dans l'Evaluation du rôle constructif des dialogues oecuméniques bilatéraux et multilatéraux et lors de la discussion sur le thème 'l'Eglise comme communion', je vous encourage à tous nous engager dans l'étude de l'ecclésiologie eucharistique, qui place l'unité de l'Eglise dans la célébration locale de la Sainte Eucharistie présidée par l'Evêque en  communion avec ses frères Evêques. A ce sujet, le rôle particulier de l'Evêque est indiqué  comme celui qui prend soin du troupeau qui lui a été confié par le Bon Pasteur, l'assistant de la meilleure manière dans le partage eucharistique de l'unique pain et par la communion spirituelle et universelle dans le corps mystique du Christ".

 

SG.REV.JOHN HIND , Evêque anglican de Chichester ( Grande-Bretagne ). "Je vous transmets le meilleur souvenir de l'Archevêque de Canterbury et sa demande de prière pour les anglicans qui vivent actuellement un moment difficile... Quand est-il opportun de partager la communion? Comment doit-on interpréter la prise de communion en public du frère protestant Roger Schutz? L'Eucharistie n'est pas avant tout un thème, un rite ou un cérémonial mais un bénéfice de la nouvelle vie dans le Christ. Si nous devons être de vrais chrétiens, il doit y avoir des critères de reconnaissance réciproque. La capacité de tolérance des uns avec les autres n'est pas moins importante... Nous ne célébrons pas notre amitié dans l'Eucharistie mais plutôt notre réconciliation avec Dieu qui permet notre amitié... Si l'Eucharistie même est Mysterium Fidei, alors notre amitié ou communion dans l'Eglise est aussi un Mysterion, c'est à dire que nous parlons de quelque chose que nous ne pouvons pas comprendre avec la seule raison... Etre unis au Christ dans l'offrande de sa personne, nous permet de tourner non seulement vers Dieu mais aussi vers chacun et chacune de nos frères et soeurs, pour lesquels, dans leur merveilleuse diversité, le Fils de Dieu a donné sa vie".

 

LE CARDINAL GERALDO MAJELLA AGNELO , Archevêque de Saint Salvador de Bahia ( Brésil ). " Nous savons comment, dès les premiers siècles du christianisme, une attention spéciale a été accordée aux fidèles qui ne pouvaient pas participer à la célébration du sacrifice eucharistique, raison pour laquelle a été instituée la conservation de l'Eucharistie pour pouvoir répondre aux diverses motivations d'un tel empêchement... Je désire mettre en Evidence la situation des malades, des prisonniers et des personnes âgées qui ont des difficultés à se déplacer de manière autonome. Je voudrais insister ici sur l'opportunité et la nécessité de préparer des fidèles laïcs à promouvoir la visite du prêtre pour la réconciliation sacramentelle et à continuer ensuite les soins pastoraux en portant la communion eucharistique. De nombreuses personnes se sentent seules aujourd'hui, n'ayant pas de parents proches, parce qu'elles sont laissées en permanence dans des Etablissements de soins de longue durée, ou en raison de limites de déambulation autonome, ce qui les oblige à garder le lit sans la possibilité de recevoir la visite des membres de leur famille ou d'amis, ou même rejetées parce que improductives. Dans un monde qui dispose d'autant de moyens de communication, très souvent, les personnes, même si elles ne sont pas malades, ont tendance à vivre dans l'isolement et le silence. Dans les moments de souffrance, cependant, elles éprouvent le besoin de rencontrer la manifestation de la bonté et de la miséricorde de Dieu. Aussi, Dieu a besoin de nos bras et de notre témoignage pour qu'elles puissent faire l'expérience de son amour".

VIS 051012 (1300)

 

QUINZIEME CONGREGATION GENERALE

 

CITE DU VATICAN, 12 OCT 2005 (VIS). Ce matin, la XV Congrégation générale de la XI assemblée générale ordinaire du Synode des Evêques s'est ouverte sous la présidence du Cardinal Telesphore Placidus Toppo (présents 242 Pères synodaux).

 

Voici des extraits de certaines interventions:

 

MGR. OSWALD THOMAS COLMAN GOMIS , Archevêque de Colombo ( Sri Lanka) . "Nous devons offrir un témoignage visible de notre foi dans le Seigneur eucharistique. Cela doit être fait plus par l'action que par les mots. Plusieurs fois on a parlé des nombreux abus et aberrations de la célébration de l'Eucharistie et de l'évident manque de respect pour le Saint Sacrement... On a parlé du laïcisme et du relativisme. C'est dommage qu'ils s'insinuent même en Asie. Pour respecter les normes liturgiques communes, nous devons faire une étude approfondie des modèles culturels des différents fidèles et les intégrer dans notre liturgie. Les modèles culturels varient de continent à continent et souvent de pays à pays. Les liturgistes devront donc étudier ces modèles dans les respectives zones et intégrer dans l'adoration de l'Eucharistie les formes de majeure adoration'... Pour conclure, nous avons aujourd'hui le grave problème du fondamentalisme chrétien qui influence notre foi dans l'Eucharistie. Le Synode doit prendre en examen ce danger. Si non cela serait comme planter un bel arbre -notre foi dans l'Eucharistie- alors qu'un dangereux virus l'attaque".

 

MGR. ANGEL FLORO MARTINEZ, IEME , Evêque de Gokwe ( Zimbabwe ). "Je voudrais vous soumettre ici les principaux défis que nos fidèles affrontent, non seulement de nature théologique mais aussi de nature pastorale. La première difficulté concerne l'accès à l'Eucharistie pour de nombreux catholiques. Le manque de prêtres et le fait que nos fidèles soient dispersés dans un immense espace rural  font qu'ils ne peuvent assister à l'Eucharistie que quelques fois par mois. Cela remet en question la centralité de l'Eucharistie dans la vie de nos catholiques. Peut-on appeler communautés eucharistiques les communautés rurales qui se fondent essentiellement sur la célébration de la Parole? C'est un problème intéressant dont on pourrait parler dans les groupes linguistiques. La deuxième difficulté concerne l'Eucharistie et le mariage. Plus précisément la ZCBC a publié cette année sur cet argument, une seconde Lettre pastorale sur l'Eucharistie, demandant aux fidèles d'apprécier l'importance de l'Eucharistie et sa profonde relation avec la dignité du sacrement de mariage, les encourageant a régulariser leur situation. De nombreux catholiques, qui dans leur jeunesse s'approchaient de l'Eucharistie, ne le font plus dans leur vie adulte à cause de mariages irréguliers".

 

LE CARDINAL GEORGE PELL Archevêque de Sydney ( Australie ). "De nombreux Pères synodaux ont parlé des difficultés rencontrées par l'Eglise de part le monde. Certaines découlent de nos erreurs. Le Concile Vatican II a porté de grandes bénédictions et des progrès substantiels, par exemple la progression des missions, des nouveaux mouvements et de nouvelles communautés. Mais il a également été suivi  de confusion, d'un certain déclin, surtout en Occident, et de poches de défections. Les bonnes intentions ne suffisent pas... Mes suggestions pour ce Synode sur comment affronter ces 'ombres' sous-entend conserver l'Eglise latine d'antique tradition et la discipline du célibat obligatoire pour le clerc diocésain comme pour les ordres religieux. Perdre une telle tradition maintenant, serait une grave erreur qui générerait confusion dans les zones de mission et qui ne renforcerait pas la vitalité spirituelle du Premier monde. Cela représenterait un éloignement de la pratique du Seigneur même, cela nuirait gravement à l'action de l'Eglise -sur le plan financier- et affaiblirait la valeur du 'signe' du sacerdoce; cela affaiblirait également le témoignage du sacrifice d'amour et à la réalité des dernières choses et à la récompense du ciel... Les services eucharistiques ou la liturgie de la Parole ne devraient pas être remplacés par des Messes quand les prêtres sont disponibles. Souvent ces inutiles substitutions ne sont pas motivées par la faim du Pain de Vie, mais par l'ignorance et la confusion, si non par l'hostilité au ministère sacerdotal et aux sacrements".

 

MGR. LUIGI PADOVESE , OFM CAP, Evêque titulaire de Monteverde, Vicaire apostolique d'Anatolie ( Turquie ). "Je parle en tant qu'évêque de l'Eglise d'Anatolie qui a vu la première grande expansion du message de Jésus et dans laquelle les chrétiens ne sont plus que quelques milliers. Dans la ville de Tarso, patrie de l'apôtre Paul, les seuls chrétiens restés sont trois sœurs qui accueillent les pèlerins, qui pour pouvoir célébrer l'Eucharistie dans l'unique église-musée restée, doivent obtenir une autorisation. C'est la même chose pour l'église de saint Pierre d'Antioche. Dans cette ville, est né saint Jean Chrysostome, dont on fêtera en 2007 le seizième centenaire de sa mort en exil. Justement saint Jean Chrysostome prêchait dans ses homélies que l'Eucharistie était et est le lieu privilégié de la parésie. Son souvenir, comme celui plus récent des évêques comme Mgr. Clemens von Galen et Mgr. Oscar Romero, est un témoignage vivant du lien entre le mémorial du sacrifice de Jésus et ceux qui ont trouvé les raisons et la force d'annoncer l'Evangile avec intelligence, courage et sans réticence".

 

F. ALVARO RODRÍGUEZ ECHEVARRÍA , FSC, Président de l'Union des Supérieurs généraux ( Italie) . "L'Instrumentum Laboris du Synode met en évidence l'espoir que l'Eglise met dans ses jeunes. Les jeunes d'aujourd'hui, vivant dans une culture mondialisée, caractérisé par d'incessants changements d'objectifs, et dans une société suffoquée par tant d'incertitudes économiques et par l'exaltation de la violence, trouvent difficilement des points de repères pour vivre leur vie en donnant un sens, une direction et un but à leur rêves de jeunesse. Aujourd'hui, plus que jamais, nous avons besoin de combler cette soif et cette faim qu'éprouvent ces jeunes à la recherche d'une expérience mystique d'union avec Jésus. C'est certainement une force qui attire les jeunes du monde actuel... Buvant l'eau qui jaillit de la rencontre avec le Christ, ils trouvent également la force de découvrir dans le monde leur frères et leurs sœurs crucifiés, ceux qui souffrent l'oppression des guerres, de la violence, de la faim. Ceux qui n'ont pas d'avenir. De cette source et de ce sommet ils ressortent illuminés d'une nouvelle passion et remplis de la force de la grâce pour participer à la mission de l'Eglise dans la société et dans le monde... L'Eucharistie est également le sommet vers lequel toutes les actions se dirigent. Ainsi, l'Eucharistie n'est pas détachée des préoccupations sociales et politiques vécues par le disciple de Jésus au milieu des hommes et des femmes de ce monde, spécialement parmi les pauvres".

 

M. MOYSES LAURO DE AZEVEDO FILHO, Fondateur et modérateur général de la communauté catholique Shalom ( Brésil ). "Un des fruits les plus importants de l'Eucharistie que nous devons cultiver est la 'parésie'...qui dans le nouveau testament prend le sens d'audace dans l'annonce du Christ. Pendant le carnaval, au Brésil, les jeunes sont exposés à de graves dangers. La communauté catholique Shalom a alors organisé...un moment d'adoration du Saint Sacrement. C'était très impressionnant de voir ce que tant retenaient impossible: cent mille jeunes en profond silence priant devant la présence réelle de Jésus dans l'Eucharistie. C'était le prélude à Cologne. Il était encore plus impressionnant de constater les fruits des actions de ce genre, de nombreuses conversions, de nombreuses confessions, l'engagement au sein de l'Eglise avec un retour dans la participation à la Messe, le réveil des vocations sacerdotales et l'amour au service des pauvres. Nous avons découvert que la meilleurs réponse au défi de la sécularisation est de présenter le Christ avec audace! ".

VIS 051012 (1230)

 

La même14e congrégation générale, du 11 octobre après-midi commentée par l'agence ZENIT   (ZENIT.org)

Validité de l’Eucharistie, catholique et orthodoxe
Interventions de 9 délégués fraternels

ROME, Jeudi 13 octobre 2005– Les neuf représentants du monde orthodoxe ont unanimement reconnu la validité de l’Eucharistie qui unit l’Eglise catholique et les Eglises orthodoxes.

Onze délégués fraternels sont intervenus au cours de la 14e congrégation générale, le 11 octobre après-midi (cf. ZF051012) avant la reprise des interventions de 4 évêques.

Le représentant du patriarcat de Constantinople, le métropolite de Pergame, Zizioulas Johannis, a souligné que l’Eglise ne peut rien offrir de meilleur au monde que l’Eucharistie. Il soulignait que tandis que de nombreuses choses séparent encore catholiques et orthodoxes, la théologie eucharistique en revanche les unit et peut les aider à surmonter mille ans de séparation.

La « diaconie spéciale » de l’évêque
Les représentants du patriarcat de Moscou et de celui de Roumanie disaient partager la préoccupation des catholiques pour une catéchèse « mystagogique » qui permette d’approfondir le sens de la divine liturgie et l’importance de la communion avant la communion.

Le représentant de l’Eglise de Grèce auprès de la Communauté européenne, l’archimandrite Sotiriadis Ignatios a souligné que la mise en valeur théologique de la divine liturgie était étroitement liée à « l’expérience de foi vécue » et avec la « foi » dans le mystère de l’Eglise et la « diaconie spéciale » de l’évêque.

Il expliquait : « Le sommet de la manifestation de l’unité dans le Corps du Christ est la participation des fidèles à la Sainte Eucharistie, que l’évêque célèbre comme service pour la gloire du Christ et pour sa manifestation indivisible et unique dans le monde comme Rédempteur. Ce service est une responsabilité pour chaque chrétien à contribuer, à la place qu’il occupe selon la bonté divine, afin qu’il soit accompli de la manière la plus complète possible ».

Il concluait : « Notre prière en ce moment est que nous arrivions tous à la compréhension de cette responsabilité avec la plénitude que donne la grâce de l’Esprit Saint. Que l’Esprit de Vérité inspire les travaux de cet important Synode, afin que la vie dans l’Église de chaque fidèle soit, par la grâce de Notre Seigneur Jésus-Christ, une force constante (He 7, 16), sans détours dans la foi (2 Tm 1, 5), avec l’espérance qui ne déçoit point (Rm 5, 5 ) et parfaite dans l’amour (cf. Jn 4, 18) ».

« Le Sacrement des Sacrements »
Mgr Barnaba El Soryany, évêque général de l’Église Copte Orthodoxe en Italie, participant au synode en tant que représentant du patriarcat copte orthodoxe d’Alexandrie d’Égypte, soulignait que l’Eucharistie « est considérée par l’Église Copte Orthodoxe comme “le Sacrement des Sacrements” et, en tant que tel, il est donné également aux enfants le jour de leur Baptême comme nourriture de vie divine ».

« Les dommages causés par le monde contemporain, les horreurs auxquelles nous assistons au quotidien ne peuvent que nous pousser toujours davantage à rechercher dans la Communion du Christ une source de salut et l’espérance d’un monde meilleur (…). Chaque jour davantage, accablés par mille dangers et par des problèmes de différente nature, nous éprouvons le besoin de nous approcher de la Communion pour trouver en elle la nourriture et la force nouvelle qui nous permettent d’affronter avec sérénité les embûches de la vie de tous les jours », ajoutait l’évêque.

Il concluait en « espérant que ce Sacrement agisse comme moteur sur le chemin commun vers l’unité de tous les chrétiens ».

S. Exc. Mor Severius Malke Mourad, du patriarcat Syro-Orthodoxe, en Syrie, rappelait pour sa part la « Déclaration Commune de Sa Sainteté le Pape Jean-Paul II, de vénérable mémoire, et de Sa Sainteté le Patriarche Ignatius Zakka I Iwas, signée en 1984, dans laquelle, au paragraphe 9, ils indiquèrent: “Nous autorisons (nos fidèles)... lorsqu’ils en ont besoin, de demander les sacrements de la Pénitence, de l’Eucharistie et de l’Onction des Malades aux prêtres légitimes de l’une ou l’autre de nos deux Églises soeurs ( l’Église Catholique Romaine et l’Église Syro-orthodoxe) ».

La liturgie eucharistique, véritable catéchèse
L’évêque arménien de Lyon, Norvan Zakarian, rappelait que « la liturgie eucharistique est pour le croyant une véritable catéchèse ».Il expliquait : « Cette longue prière chantée par le célébrant, les diacres, le chœur a lieu le dimanche et lors des grandes fêtes. Elle nourrit pleinement le fidèle ».

Il soulignait le lien avec la mission : « La cérémonie terminée, ce dernier est envoyé en mission car Jésus a versé son sang pour «la multitude». Il nous faut, alors, témoigner de tout ce que nous avons reçu: paix, amour, joie. Notre liturgie a subi très peu de modifications au cours des siècles et nous ne prenons aucune liberté par rapport au rite. Les textes, les gestes sont les mêmes dans toutes les églises d'Arménie et de la Diaspora. Les Arméniens disséminés partant se retrouvent avec joie pour célébrer l'Eucharistie en un rassemblement communautaire ».

L’évêque Nareg (Manoug) Alemezian, responsable œcuménique de la Grande Maison de Cilicie des Arméniens évoquait « l’expérience arménienne du martyria, portant dans l’obéissance la croix jusqu’au point extrême de la négation de soi (cf Mt 16, 24) afin d’obtenir, par grâce, la couronne du juste (cf. 2 Tm 2, 4. 7-8) et pour que soit manifestée la vie de Jésus dans notre corps (cf. 2Co 4, 6-11) ».

Il recommandait, en vue de l’unité « d’étudier l’ecclésiologie eucharistique, qui place l’unité de l’Église dans la célébration locale de la Sainte Eucharistie présidée par l’Évêque en communion avec ses frères dans l’épiscopat. A cet égard, le rôle distinctif de l’Évêque est souligné: c’est celui qui prend soin du troupeau que le Bon Pasteur lui a confié (cf. Jn 10, 11), s’occupant de lui avec amour, un amour qui trouve son expression la plus pleine dans le partage eucharistique de l’unique Pain (cf. 1Co 10, 17), en vue d’une communion spirituelle et universelle dans le corps mystique du Christ (cf. 1Co 12, 27) ».

Jeûne eucharistique
L’archevêque Abuna Samual, de l’Église Orthodoxe d’Éthiopie soulignait que dans la tradition de son Eglise, « Les célébrants, les concélébrants, les prêtres, les diacres et tous ceux qui communient doivent jeûner pendant au moins neuf heures avant de recevoir la Sainte Eucharistie et doivent demander pardon pour leurs fautes ».

Et il ajoutait que « tous ceux qui communient, hommes et femmes, tout comme les enfants, s’approchent de la Sainte Table vêtus d’habits blancs à la gloire de l’Eucharistie ». « Cette tradition, disait-il, rappelle les deux anges portant des vêtements blancs assis sur le lieu où avait été déposé le corps de Jésus (cf. Jn 20, 12). Tous les fidèles de l’Église Orthodoxe d’Éthiopie sont reconnaissants au Seigneur Jésus pour avoir donné à l’Église un sacrement aussi merveilleux ».

Pour S. G. John Hind, évêque de Chichester (Angleterre et Pays de Galles), qui transmettait les salutations de l’archevêque de Canterbury et sa demande « de prier pour les Anglicans en ce moment si difficile pour eux ».

L’évêque émérite de l’Église luthérienne de Norvège, S. Exc. Per Lonning, et représentant la Fédération luthérienne mondiale, interrogeait : « Si nous croyons vraiment que la présence du Christ Sauveur est liée au mystère de la Sainte Communion, comment pouvons-nous rester avec nos autels divisés et ne pas écouter la question dure que l’apôtre nous adresse: “Est-ce que le Christ a été divisé?”. »

 

 

 

 » Sélection des derniers articles  
page précédente haut de page page suivante