ACCUEIL

BENOÎT XVI

L'EVANGILE DU JOUR

LA FAMILLE

TEXTES DU VATICAN

JEAN PAUL II

CHRIST MISERICORDIEUX

ACTUALITE DE L'EGLISE

CATECHESES

LITURGIE

LES JEUNES

FIDELES LAICS

JOUR DU SEIGNEUR

SERVANTS DE MESSE

SPIRITUALITE

THEOLOGIE

VOCATIONS

VOYAGE APOSTOLIQUE

GALERIE PHOTOS

TV VATICAN

MEDITATIONS

BREVES

QUI SOMMES NOUS

NOUS CONTACTER
 
BIBLIOTHEQUE
FORUM
ESCHATOLOGIE
LIENS
.
STATISTIQUES
 
Ouverture du site
19 Avril 2005
 

Benoît XVI : celui qui ne connaît pas Dieu est sans espérance

 

Rome, le 12 décembre 2008 - (E.S.M.) - Seule la récupération d’une anthropologie authentique, non détachée de la l’auto-conscience de chacun, permettra la nouvelle floraison de l'humanisme intégral, demandé à plusieurs reprises par le Serviteur de Dieu Jean Paul II.

Est-il besoin de croire pour espérer ? - Pour agrandir l'image Cliquer

Benoît XVI : celui qui ne connaît pas Dieu est sans espérance

Le 12 décembre 2008 -  Eucharistie Sacrement de la Miséricorde - A l’époque du “politically correct”, l’affirmation : « Celui qui ne connaît pas Dieu est sans espérance », pourrait sembler étrange, aux oreilles surtout de ceux qui sont les plus coutumiers de la confusion entre « dialogue » compris comme moyen, et « dialogue » compris comme fin. Et pourtant, il s’agit d’une affirmation de Benoît XVI dans « Spe Salvi », au numéro 27.

Comment en arrive-t-on à ce jugement, au sens philosophique et non moraliste du terme ? Le point de départ est la constatation universelle de l’insuffisance structurelle de l’homme à l’homme. Tout ce que l’homme même parvient à réaliser de vrai et de bien, ne suffit pas à son cœur, ne répond pas à son exigence « d’infini ». Dans ce sens, « les adeptes du courant de pensée de l'ère moderne …, en considérant que l'homme serait racheté par la science, se trompaient. Par une telle attente, on demande trop à la science; cette sorte d'espérance est fallacieuse. La science peut contribuer beaucoup à l'humanisation du monde et de l'humanité. Cependant, elle peut aussi détruire l'homme et le monde si elle n'est pas orientée par des forces qui se trouvent hors d'elle »
(Benoît XVI, Spe Salvi, n° 25). L’espérance, par sa nature, pour être une espérance authentique, capable de dépasser les limites structurelles de l’homme, demande totalité et plénitude, demande ouverture au Mystère infini, à Dieu.

Toute autre espérance qui ne serait pas Dieu, est radicalement insuffisante ! Et non pas pour des raisons morales ou éthiques, mais, simplement, parce que le cœur demande plus, il demande tout ! La réalité, dont l’homme fait partie et dont il est le point excellent, se montre ouverte, et même a besoin et mendie une Espérance infinie.

Un tel besoin, s’il est écouté de manière adéquate, et thématisé, engendre une grande et mystérieuse solidarité entre les hommes qui, réunis par la même question, peuvent « mendier l’espérance » ensemble. Le respect des droits fondamentaux de l’homme, avant même de s’enraciner sur les valeurs religieuses, doit s’enraciner dans la connaissance de la l’anthropologie correcte, parce qu’elle est réelle et non idéologique. C’est seulement dans le regard porté vers ce « mystère » qu’est l’homme, que l’on pourra fonder le rapport authentique avec l’autre. Seule la récupération d’une anthropologie authentique, non détachée de la l’auto-conscience de chacun, permettra la nouvelle floraison de cet humanisme intégral, demandé à plusieurs reprises par le Serviteur de Dieu Jean Paul II.

Dans ce sens, celui qui ne connaît pas Dieu est sans espérance : il est sans la grande espérance que, précisément parce qu’elle est infinie et qui – paradoxalement – s’est manifestée historiquement avec amour, est l’unique qui soit « adaptée » au cœur de l’homme, même si elle dépasse son besoin et sa capacité d’accueil, de connaissance et d’imitation. En effet, « Dieu est le fondement de l'espérance – non pas n'importe quel Dieu, mais le Dieu qui possède un visage humain et qui nous a aimés jusqu'au bout – chacun individuellement et l'humanité tout entière »
(Benoît XVI, Spe Salvi, n° 31). Celui qui ne connaît pas Dieu, alors, s’il est sans espérance, en réalité, ne connaît pas même l’amour. Mais ceci est l’opposé logique (et existentiel) de cette connaissance athématique de Dieu, qui, pour certains, devrait se produire par l’amour et l’existence pour l’autre. Il existe une priorité logique, et chronologique, de la connaissance de l’Amour qu’est Dieu, sur l’exercice de l’amour, de la foi sur la pratique, de l’ontologie sur l’éthique, du dogme sur l’expérience. « Son Royaume est présent là où il est aimé et où son amour nous atteint. Seul son amour nous donne la possibilité de persévérer avec sobriété jour après jour, sans perdre l'élan de l'espérance, dans un monde qui, par nature, est imparfait. Et, en même temps, son amour est pour nous la garantie qu'existe ce que nous pressentons vaguement et que, cependant, nous attendons au plus profond de nous-mêmes: la vie qui est ‘vraiment’ vie » (Ibid.)

par l’Abbé Nicola Bux, et l’Abbé Salvatore Vitiello

Table sur l'Encyclique Spe Salvi
 

Nouveau : S'inscrire à la newsletter ! Voir menu de gauche.


Sources : www.vatican.va -  (E.S.M.)
Ce document est destiné à l'information; il ne constitue pas un document officiel
Eucharistie sacrement de la miséricorde - (E.S.M. sur Google actualité)  12.12.2008 - T/Spe Salvi

 

 » Sélection des derniers articles  
page précédente haut de page page suivante