ACCUEIL

BENOÎT XVI

L'EVANGILE DU JOUR

LA FAMILLE

TEXTES DU VATICAN

JEAN PAUL II

CHRIST MISERICORDIEUX

ACTUALITE DE L'EGLISE

CATECHESES

LITURGIE

LES JEUNES

FIDELES LAICS

JOUR DU SEIGNEUR

SERVANTS DE MESSE

SPIRITUALITE

THEOLOGIE

VOCATIONS

VOYAGE APOSTOLIQUE

GALERIE PHOTOS

TV VATICAN

MEDITATIONS

BREVES

QUI SOMMES NOUS

NOUS CONTACTER
 
BIBLIOTHEQUE
FORUM
ESCHATOLOGIE
LIENS
.
STATISTIQUES
 
Ouverture du site
19 Avril 2005
 

Benoît XVI nous propose une véritable révolution dans nos mentalités

 

Le  09 septembre  2009  - (E.S.M.) - C’est bien d’amour dont notre monde a besoin, mais un amour ancré dans la vérité concrète des choses, contre tous les relativismes actuels une fois de plus épinglés par le pape Benoît XVI.

Benoît XVI nous propose une véritable révolution dans nos mentalités

Geffroy Christophe - Changer est possible

Le 09 septembre 2009  - Eucharistie Sacrement de la Miséricorde - « L’amour dans la vérité » : petite phrase qui a l’air de rien et qui, si l’on y réfléchit, résume au plus profond l’encyclique de Benoît XVI qui porte ce beau titre, Caritas in Veritate. Car c’est bien d’amour dont notre monde a besoin, mais un amour ancré dans la vérité concrète des choses, contre tous les relativismes actuels une fois de plus épinglés par le pape. Ce texte est fondamentalement un message d’espérance contre toutes les peurs qui nous gouvernent, principalement la peur des hommes et de leur trop grand nombre, la peur de manquer ! Dieu, créateur de la terre, a donné aux hommes la mission et aussi les moyens de maîtriser le monde qui nous a été donné : personne n’est de trop et chacun y a sa place. Il n’y a aucune fatalité ou loi inexorable qui empêcherait de nourrir et faire cohabiter pacifiquement la population du globe ; l’homme, aidé par Dieu, peut transformer ce monde en faisant progresser l’amour et la justice. « Cette espérance, écrit le cardinal André Vingt-Trois, se fonde sur une conviction : dans l’univers, l’être humain a une dimension particulière qui lui permet de n’être pas soumis à la domination mécanique des phénomènes, qu’ils soient naturels ou économiques et sociaux. Il assume cette dimension particulière dans la mesure où il reconnaît qu’il se reçoit dans une relation à un plus grand que lui, un Absolu, plus grand que chacune de nos existences » (1).

On est là au cœur de la dimension théologique de la doctrine sociale de l’Église que beaucoup omettent souvent. En effet, combien de fois n’a-t-on pas entendu demander, d’un air ironique, si cette doctrine sociale était une « troisième voie » entre libéralisme et socialisme ? Bien évidemment, elle ne l’est pas, tout simplement parce qu’elle ne se place pas au même niveau. Socialisme et libéralisme sont des systèmes politiques qui relèvent plus ou moins de l’idéologie en ce sens que l’expérience concrète ne leur sert guère de leçon. La doctrine sociale de l’Église s’appuie sur le réel – elle est donc accessible par n’importe quel non-croyant doué de raison –, mais aussi sur la Révélation. Autrement dit, cette doctrine sociale est incompréhensible si on la déconnecte de l’anthropologie chrétienne qui en est la base : l’homme étudié dans son cadre économique et social, n’est pas un individu isolé, c’est un être également spirituel, enraciné dans une culture et une patrie, une personne à la dignité inaliénable car créée à l’image de Dieu.

L’imposture est donc soit de tirer d’un côté la doctrine sociale de l’Église, du côté du libéralisme ou du socialisme selon les uns ou les autres – ainsi, Paul VI aurait plutôt penché du côté socialiste et Jean-Paul II du côté libéral ! –, soit de faire croire qu’il ne peut exister d’alternative entre le libéralisme et le socialisme, et qu’en conséquence, la doctrine sociale de l’Église, qui rejette en réalité très clairement l’un et l’autre dans leurs acceptions idéologiques, est une utopie qui ne pourra jamais voir le jour. Cette imposture s’appuie sur une confusion : faire croire que le principe du marché tel que l’admet l’Église, système qui est celui de la liberté d’initiative privée, se confond avec le capitalisme financier tel qu’il s’est développé aujourd’hui. Depuis Rerum novarum (1891) au moins, personne ne peut ignorer que l’Église a toujours condamné le libéralisme idéologique qui idéalise les vertus de la concurrence, affirme que les régulations sur le marché s’opèrent au mieux spontanément sans intervention de l’État, qui justifie le profit comme fin en soi et absolutise la propriété privée. Aujourd’hui, cependant, le système capitaliste a franchi une étape supplémentaire qui est celle de la « financiarisation » de l’économie : très concrètement, le libéralisme ne défend pas la liberté de création de la petite entreprise à taille humaine dont les propriétaires – les « capitalistes » – étaient également les dirigeants (voire bien trop rarement des salariés) ; plus il s’impose à l’échelle planétaire, plus les multinationales se développent et avalent les petites et moyennes entreprises. Ne subsistent peu à peu que de gigantesques multinationales aux activités multiples dont la seule logique est le rendement financier : qu’importent les hommes qui y travaillent, le métier et le savoir-faire d’une fabrique ou le lieu concerné, sans même parler d’un quelconque bien commun national dont elles se moquent éperdument, seul compte le taux de retour sur investissement et la rémunération des actionnaires (2).

Ce libéralisme-là est une plaie dont la crise financière de l’an dernier montre où il peut nous mener si on le laisse continuer selon sa logique propre. Il est une plaie également car il contribue à augmenter l’écart, scandaleux déjà, entre pays riches et pays pauvres, sans même parler des disparités qui augmentent également au sein même de nos nations développées. Dans ce contexte, Benoît XVI nous presse « à adopter de nouveaux styles de vie » (n. 52). Il va plus loin et propose une véritable révolution dans nos mentalités en délaissant « le binôme exclusif marché-Etat » : « Vaincre le sous-développement demande d’agir non seulement en vue de l’amélioration des transactions fondées sur l’échange et des prestations sociales, mais surtout sur l’ouverture progressive, dans un contexte mondial, à des formes d’activité économique caractérisées par une part de gratuité et de communion » (n. 39).

(1) Présentation de l’encyclique à Paris le 7 juillet 2009.
(2) Benoît XVI pointe du doigt ce problème au n°40 de Caritas in veritate (sur ce thème, cf. l’article de Philippe Conte p. 32-33 de ce numéro).


 

Sources : La Nef n°207 de septembre 2009
Ce document est destiné à l'information; il ne constitue pas un document officiel
Eucharistie sacrement de la miséricorde - (E.S.M.) 09.09.09 - TCaritas in veritae

 

 » Sélection des derniers articles  
page précédente haut de page page suivante