ACCUEIL

BENOÎT XVI

L'EVANGILE DU JOUR

LA FAMILLE

TEXTES DU VATICAN

JEAN PAUL II

CHRIST MISERICORDIEUX

ACTUALITE DE L'EGLISE

CATECHESES

LITURGIE

LES JEUNES

FIDELES LAICS

JOUR DU SEIGNEUR

SERVANTS DE MESSE

SPIRITUALITE

THEOLOGIE

VOCATIONS

VOYAGE APOSTOLIQUE

GALERIE PHOTOS

TV VATICAN

MEDITATIONS

BREVES

QUI SOMMES NOUS

NOUS CONTACTER
 
BIBLIOTHEQUE
FORUM
ESCHATOLOGIE
LIENS
.
STATISTIQUES
 
Ouverture du site
19 Avril 2005
 

Le pape Benoît XVI analyse l'ensevelissement de Jésus dans le Jourdain

 

Le 09 septembre 2007 - (E.S.M.) - C'est en partant de la croix et de la résurrection que les chrétiens ont compris ce qui s'était passé : Jésus a pris sur ses épaules le fardeau de la faute de l'humanité entière et l'a porté en descendant dans le Jourdain. Il inaugure sa vie publique, exprime Benoît XVI, en prenant la place des pécheurs.

Jésus se fit baptiser par Jean dans le Jourdain Pour agrandir l'image: C'est ici

Le pape Benoît XVI analyse l'ensevelissement de Jésus dans le Jourdain

Premier chapitre - Le Baptême de Jésus (p. 29 à 32)

3) L'ensevelissement de Jésus dans le Jourdain

Nous avons vu dans la page précédente que toute la Judée et Jérusalem affluaient pour se faire baptiser. Mais voici, précise Benoît XVI, que se produit quelque chose de nouveau : « Or, à cette époque, Jésus vint de Nazareth, ville de Galilée, et se fit baptiser par Jean dans le Jourdain » (Mc 1,9). Jusque-là, il n'avait pas été question de pèlerins venus de Galilée et tout paraissait se concentrer dans la seule Judée. Mais la nouveauté proprement dite n'est pas que Jésus soit d'une autre zone géographique, qu'il vienne en quelque sorte de loin. La grande nouveauté c'est que lui - Jésus - veut se faire baptiser, qu'il se mêle à la foule anonyme des pécheurs qui attendent là sur les rives du Jourdain. Comme nous venons de le voir, le baptême implique une reconnaissance des péchés. Il est une confession de ses fautes et la tentative de se dépouiller d'une ancienne vie mal vécue, pour en recevoir une nouvelle. Était-ce possible pour Jésus ? Comment pouvait-il se reconnaître des péchés ? Se séparer de la vie antérieure pour en mener une nouvelle ? Voilà la question que les chrétiens sont obligés de se poser. Le débat entre le Baptiste et Jésus, que raconte Matthieu, formule précisément cette question : « C'est moi qui ai besoin de me faire baptiser par toi, et c'est toi qui viens à moi ! » (Mt 3, 14). Sur quoi Matthieu poursuit : « Mais Jésus lui répondit : "Pour le moment, laisse-moi faire ; c'est de cette façon que nous devons accomplir parfaitement ce qui est juste." Alors Jean le laisse faire » (Mt 3, 15).

Benoît XVI indique que le sens de cette réponse d'apparence énigmatique n'est pas facile à déchiffrer. En tout cas, le petit mot ârti (« pour le moment ») traduit une forme de réserve. Dans les situations provisoires, il faut se comporter d'une certaine façon. Pour interpréter la réponse de Jésus, il est essentiel de donner tout son sens au mot « juste » : il faut accomplir parfaitement ce qui est « juste ». Dans le monde où se trouve Jésus, cette « justice » est la réponse de l'homme à la Torah, l'acceptation de l'entière volonté de Dieu, la volonté de prendre sur soi le « joug du royaume de Dieu », pour utiliser une formule connue. Le baptême de Jean n'est pas prévu par la Torah mais Jésus reconnaît ce baptême en utilisant ce mot qui exprime l'adhésion sans réserve à la volonté de Dieu, l'acceptation docile de son joug.

Puisque l'humble consentement à ce baptême implique la reconnaissance de la faute et une demande de Pardon pour connaître le renouveau, Benoît XVI explique, cette adhésion à l'entière volonté de Dieu dans un monde marqué par le péché exprime aussi la solidarité avec les hommes devenus coupables, mais aspirant à la justice. Il a fallu la croix et la résurrection pour mesurer toute l'importance de ce processus. En descendant dans l'eau, ceux qui reçoivent le baptême reconnaissent leurs péchés et cherchent à être délivrés du fardeau de leur chute dans le péché. Qu'est-ce que Jésus a donc fait ? Luc, qui prête une grande attention à la prière de Jésus tout au long de son Évangile et qui ne cesse de le représenter en prière quand il parle avec le Père, nous dit que Jésus priait en recevant le baptême (3, 21). C'est en partant de la croix et de la résurrection que les chrétiens ont compris ce qui s'était passé : Jésus a pris sur ses épaules le fardeau de la faute de l'humanité entière et l'a porté en descendant dans le Jourdain. Il inaugure sa vie publique en prenant la place des pécheurs. Il l'inaugure en anticipant la croix. Il est en quelque sorte le véritable Jonas, lequel avait dit aux matelots : « Prenez-moi et jetez-moi à la mer » (Jon 1, 12). C'est uniquement avec la croix que se révèle toute la signification du baptême de Jésus, son consentement à prendre sur lui tout ce qui est « juste ». Le baptême est l'acceptation de la mort pour les péchés de l'humanité, et la voix qui se manifeste au baptême — « Celui-ci est mon Fils bien-aimé » (Mt 3, 17) - est une anticipation de la résurrection. Il est donc compréhensible que, dans les discours de Jésus lui-même, le mot baptême désigne sa mort (cf. Mc 10, 38 ; Le 12, 50).

C'est uniquement en partant de là que l'on peut comprendre le baptême chrétien. L'anticipation de la mort sur la croix, qui a eu lieu dans le baptême de Jésus, et l'anticipation de la résurrection, annoncée par la voix venant des cieux, sont maintenant réalité. Le baptême de l'eau qui est pratiqué par Jean est accompli avec le baptême de vie et de mort de Jésus. Suivre l'invitation au baptême, exprime Benoît XVI, signifie à présent se rendre sur le lieu du baptême de Jésus et recevoir ainsi de son identification avec nous notre identification avec lui. Le point de son anticipation de la mort est devenu pour nous le point de notre anticipation de la résurrection avec lui. Dans sa théologie du baptême (cf. Rm 6), Paul a développé ce rapport interne, sans parler explicitement du baptême de Jésus dans le Jourdain.   (à suivre)

Pages précédentes :

Premier chapitre - Le Baptême de Jésus
1) Israël vit une fois de plus l'obscurité de Dieu (p. 29 à 44) Benoît XVI
2) Le Baptême pour mener une autre vie Benoît XVI

3) L'ensevelissement de Jésus dans le Jourdain

Tous les articles sur le livre "Jésus de Nazareth"
 

Sources:  www.vatican.va - E.S.M.

Ce document est destiné à l'information; il ne constitue pas un document officiel

Eucharistie, sacrement de la miséricorde - (E.S.M.) 09.09.2007 - BENOÎT XVI - Table Jésus

 

 » Sélection des derniers articles  
page précédente haut de page page suivante