ACCUEIL

BENOÎT XVI

L'EVANGILE DU JOUR

LA FAMILLE

TEXTES DU VATICAN

JEAN PAUL II

CHRIST MISERICORDIEUX

ACTUALITE DE L'EGLISE

CATECHESES

LITURGIE

LES JEUNES

FIDELES LAICS

JOUR DU SEIGNEUR

SERVANTS DE MESSE

SPIRITUALITE

THEOLOGIE

VOCATIONS

VOYAGE APOSTOLIQUE

GALERIE PHOTOS

TV VATICAN

MEDITATIONS

BREVES

QUI SOMMES NOUS

NOUS CONTACTER
 
BIBLIOTHEQUE
FORUM
ESCHATOLOGIE
LIENS
.
STATISTIQUES
 
Ouverture du site
19 Avril 2005
 

L'encyclique de Benoît XVI commentée par deux intellectuels

 

Rome, le 07 juillet 2008  - (E.S.M.) - Les textes des professeurs Aldo Schiavone et Ernesto Galli della Loggia ont été publiés en première page du journal officiel du Saint-Siège. Le pape Benoît XVI les connaît et les a lus. Leur répondra-t-il ?

Le pape Benoît XVI - Pour agrandir l'image Cliquer

L'encyclique sur l’espérance commentée par deux intellectuels non-croyants

Pour la deuxième fois en trois mois, “L’Osservatore Romano“, le quotidien officiel du Saint-Siège, a publié en première page des commentaires sur l’encyclique “Spe Salvi“ de Benoît XVI, écrits par des intellectuels non-croyants.

L’auteur du premier commentaire, publié le 28 mars, est le professeur Aldo Schiavone, présenté en bas de l’article comme “Directeur de l’Institut italien des sciences humaines“.

Schiavone est un expert en droit romain et en histoire et philosophie du droit parmi les plus renommés. Il enseigne à l’Université de Florence. En Italie, c’est une référence dans son domaine, à la manière d’un professeur Ernst-Wolfgang Böckenförde – très apprécié par Benoît XVI – en Allemagne.

Il n’est pas catholique et ne croit même en aucune foi révélée. Mais il a toujours prêté beaucoup d’attention au fait religieux.

Le professeur Ernesto Galli della Loggia est l’auteur du second commentaire, publié le 28 juin.

Galli della Loggia a été professeur titulaire d’histoire des partis et mouvements politiques à l’Université de Pérouse. Il a ensuite enseigné à Florence, à l’Institut italien des sciences humaines, dirigé par le professeur Schiavone. Depuis 2005, il enseigne la philosophie de l’histoire à la faculté de philosophie de l’Université Vita-Salute San Raffaele de Milan, dont il a été président pendant deux ans. Il dirige la collection “L’identità italiana“, qu’il a inaugurée par son ouvrage éponyme, pour la maison d’édition il Mulino.

Galli della Loggia n’est pas non plus catholique, il se dit même “sans foi“. Pourtant, il affirme reconnaître “cet ‘encore’ que l’histoire humaine sans Dieu ne pourra jamais satisfaire“.

Schiavone comme Galli della Loggia sont très connus du public cultivé italien. Ils sont éditorialistes pour les deux quotidiens laïcs les plus diffusés, respectivement “la Repubblica“ et “il Corriere della Sera“.

L’un et l’autre sont des interlocuteurs estimés par le Vatican.

Le 25 octobre 2004, Galli della Loggia avait participé à un débat public sur l’Occident et les religions avec le cardinal Ratzinger. Le débat, organisé par la Fondazione Gaetano Rebecchini, avait eu lieu à Rome dans le magnifique Palazzo Colonna.

Le 30 novembre 2007, au Vatican, Galli della Loggia et Schiavone ont présenté et commenté, en présence du cardinal secrétaire d’état Tarcisio Bertone, les actes d’un séminaire du Comité pontifical des sciences historiques sur “Histoire du christianisme: bilans et questions ouvertes“.

Leurs commentaires sur “Spe Salvi“ se fondent sur des argumentations différentes. Mais ils convergent en un point: ils accordent tous deux beaucoup d’importance au passage de l’encyclique où Benoît XVI souhaite “une autocritique de l’époque moderne“ parallèlement à une “autocritique du christianisme moderne“.

Cependant, l’un comme l’autre estiment que cette autocritique souhaitée du christianisme est loin d’être accomplie.

Pour Galli della Loggia, “aucune suite n’a été donnée“ au souhait d’une autocritique, ni dans l’encyclique, ni dans d’autres documents pontificaux.

Pour Schiavone, l’Église est trop sur la défensive. Elle continue à penser à “un homme qui doit être protégé de lui-même par l’appel à de présumés liens naturels“.

On peut supposer que Benoît XVI a lu avec intérêt ces critiques si éloignées de ce que publie habituellement le “journal du pape“. Et il n’est pas impossible qu’il y réponde un jour ou l’autre.

par Sandro Magister

On trouvera ci-dessous les deux commentaires à “Spe salvi“ parus dans “L’Osservatore Romano“, le 28 mars 2008 pour le premier et le 28 juin 2008 pour le second :

1. Une nouvelle alliance entre l’Église et la modernité laïque

par Aldo Schiavone

"Spe Salvi" est un texte complexe et captivant, écrit avec beaucoup de talent. Il mêle de nombreux sujets, allant de questions plutôt pastorales à des réflexions d’ordre doctrinal et dogmatique. C’est aussi ce qu’on pourrait appeler un essai historique d’interprétation, qui cherche à étudier des nœuds cruciaux disposés sur un laps de temps très long, depuis l’antiquité jusqu’à nos jours.

Le fil conducteur, annoncé comme d’habitude dès l’incipit – une très belle citation de saint Paul – est un discours très dense sur l’espérance, considérée à juste titre comme la jonction par excellence de deux plans fondamentaux: l’horizon de l’histoire et celui de l’eschatologie.

C’est un choix fort, qui aborde sans doute un sujet sensible à notre époque: ce que j’ai cru pouvoir définir dans mon livre "Storia e destino" comme la perte de l’avenir, l’incapacité d’attirer "l’avenir dans le présent", de manière à ce que "les choses futures se répandent dans celles du présent et inversement" comme le pape l’écrit ici de manière suggestive.

Pour lui – et il ne peut pas en être autrement – l’aspect eschatologique de l’espérance – de l’espérance chrétienne – est lié à la certitude "que le ciel n’est pas vide", qu’"au-dessus de tout, il existe une volonté personnelle, il existe un Esprit qui, en Jésus, s’est révélé comme Amour". C’est le point de jonction – à la fois très limpide et complexe – entre espérance et foi. A ce propos, Benoît XVI rappelle judicieusement la construction théologique médiévale qui parvient justement à définir la foi comme "substance des choses espérées".

Mais l’homme est aussi histoire, et la question capitale: "que pouvons-nous espérer ?" – une incertitude que les événements de notre époque rendent à la fois cruciale et chargée d’angoisse – demande donc une réponse d’un point de vue historique et pas seulement eschatologique.

C’est là que l’interrogation de Benoît XVI sur l’espérance – sur sa forme historique, pourrait-on dire – se transforme inévitablement et avec beaucoup de force en un discours sur la modernité: sur sa raison, ses conquêtes et ses échecs.

La perspective est très synthétique mais jamais superficielle. Dans ces pages, le pape se réfère à Kant, Adorno et même Marx, de façon rapide, parfois discutable, mais toujours pertinente. Il serait trop long et compliqué de revenir ici sur chacun des passages, je me garderai bien de le faire. Je chercherai en revanche à coller à ce qui me semble être le dispositif essentiel et le plus puissant du raisonnement du pape. A savoir, selon moi, l’affirmation qu’"une autocritique de l’époque moderne" combinée à "une autocritique du christianisme moderne" sont aujourd’hui indispensables.

C’est une position très importante que je la partage pleinement. Je suis moi aussi absolument convaincu que le temps est venu – à condition que nous sachions vraiment le comprendre – pour une nouvelle alliance entre christianisme et modernité laïque, basée sur une révision critique de leur histoire, et que cette alliance pourra contribuer au véritable renouveau de l’homme, sans lequel notre avenir risque de s’assombrir.

Mais comment travailler à cet extraordinaire objectif commun ? Benoît XVI évoque sobrement mais efficacement les principaux échecs idéologiques et politiques de la modernité, qui nous apparaissent rétrospectivement dans toute leur ampleur : l’idée, trop linéaire, naïve et matérialiste de "progrès"; l’idée datée et inadaptée du communisme comme dernier avatar de la révolution française et comme pur bouleversement des fondements économiques de nos sociétés. Là encore, tout le monde est d’accord là-dessus. Mais la modernité ne se réduit pas à cela et Benoît XVI le sait très bien. Il en a, de fait, parfaitement cerné le cœur, à savoir la capacité à instaurer un rapport nouveau et révolutionnaire entre science et action – c’est-à-dire entre connaissance et technique de transformation.

Mais ce croisement entre science et technique – la puissance transformatrice de la technique – ne va pas seulement "vers une maîtrise de plus en plus grande de la nature". Il va beaucoup plus loin.

Il nous pousse – après des millions d’années d’histoire de l’espèce – vers le point de fuite fatidique au-delà duquel la séparation entre histoire de la vie (c’est-à-dire de nos fondements biologiques) et histoire de l’intelligence (humaine), qui a régi notre existence jusqu’à présent, n’aura plus raison d’être. Un point où les fondements naturels de notre existence cesseront d’être une condition immuable de l’action de l’homme et deviendront un résultat historiquement déterminé de notre raison, de notre éthique et de notre culture. Ce regroupement – le remplacement, tout du moins potentiel, de la nature par l’esprit pour le contrôle de l’évolution de l’espèce – est proche: il est déjà annoncé dans les chroniques quotidiennes.

Je m’interroge alors et je me risque timidement à demander : la forme historique de notre espérance ne dépend-elle pas aussi de la position de l’Église face à l’annonce de cette nouveauté radicale ? L’Église est-elle réellement prête à l’accueillir ? Ou peut-être que l’"autocritique" dont parle le pape doit se pencher d’abord sur cet aspect ?

C’est vrai, Benoît XVI a raison : la science – quelle qu’elle soit – ne pourra jamais "racheter" l’homme: pour cela, il faut de l’éthique et des valeurs. Mais elle peut modifier – et elle le fait déjà – de manière drastique la trame de l’existence de l’homme, son vécu le plus profond, les perspectives primordiales de vie et de mort.

Bref, le rapport historique entre modernité et espérance se doit de défaire ce nœud. Le dépassement définitif et total des limites biologiques que notre parcours dans l’évolution nous a assignées jusqu’à présent peut-il s’intégrer dans une forme historique d’espérance compatible avec la foi et l’eschatologie ? Peut-on inclure le projet d’un homme enfin libéré de ses limites naturelles et totalement maître de son destin "historique" dans la "ressemblance" de l’homme avec Dieu – que rappelle aussi le pape – dans l’infini auquel cette comparaison fait allusion ?

En d’autres termes, ce qui est ici en question, c’est l’irruption et l’installation de l’infini dans l’historicité du fini. Là encore – et Benoît XVI le sait bien – il s’agit d’un aspect crucial de la modernité, que des textes majeurs de la philosophie classique allemande ont étudié. Et je suis persuadé que la phase de transition révolutionnaire que nous traversons et qui appelle l’Église à assumer d’énormes responsabilités trouve ici tout son sens: avoir rendu réel, direct et déterminant aux yeux de tous ce que la modernité avait seulement laissé entrevoir à ses philosophes. A savoir que l’infini envisagé comme absence de limites matérielles à la possibilité d’agir, comme chute de toute détermination imposée par une barrière qui nous est extérieure ("omnis determinatio est negatio") entre durablement dans le monde des hommes. Nous devrons apprendre de plus en plus à vivre avec et, si je puis dire ainsi, à le maîtriser. Avec l’aide de Dieu, si je puis dire: mais je n’ose pas et je m’arrête.

Bien sûr, je n’ai aucune légitimité pour l’affirmer, mais je ne peux me défaire de l’idée qu’un Dieu d’amour – semblable à celui que Benoît XVI nous pousse à imaginer – n’a pas besoin d’un homme en échec, d’un homme prisonnier de sa matérialité biologique, d’un homme qui doive être protégé de lui-même par l’appel à de présumés liens "naturels", mais qu’Il a choisi par amour d’avoir à ses cotés un homme totalement libre, notamment libre de Le choisir à son tour.

Je sais bien que suivre cette route – c’est-à-dire parvenir à imaginer un nouveau rapport entre histoire et eschatologie, où l’infini ne soit pas seulement du côté de cette dernière, car au fond c’est de cela dont il s’agit – demanderait de grands changements dans le magistère et dans le déploiement terrestre de l’Église. Mais c’est maintenant ou jamais. Les énergies sont là.. Et il y a l’espoir. Peut-être faut-il seulement un peu plus de prophétie, sans renoncer à la doctrine.

2. Cet "encore" que l’histoire humaine ne parvient pas à satisfaire

par Ernesto Galli della Loggia

Le passé et le présent; l'Occident et sa tradition culturelle d’un côté, la modernité de l'autre : c’est entre ces deux pôles que semble se déplacer la réflexion que Benoît XVI a jusqu’à présent exprimée dans ses interventions les plus importantes, en particulier ses deux encycliques. Une réflexion dont le véritable contenu, au fond, n’est autre que le destin du christianisme.

En effet, semble penser le pape, ce n’est que si l'Occident - ce cadre géographique et historique ancien qui, le premier, a reçu le message venu de Jérusalem et en a fait l’âme et la forme de sa culture - perçoit toute la profondeur de son rapport avec ses origines chrétiennes, que la religion de la Croix pourra faire face au défi lancé par les temps nouveaux, en continuant à attacher son âme à la vieille promesse du non praevalebunt.

Cela explique la tendance à réexaminer, en quelque sorte, toute l’aventure chrétienne, les nombreuses façons dont celle-ci a façonné l'Occident après s’être combinée à ses racines classiques, mais aussi dont elle a, contrairement à une opinion répandue, préparé et même favorisé la venue de la modernité.

L'objectif est très ambitieux: rien de moins, comme on peut le lire, qu’une "autocritique de l'époque moderne en dialogue avec le christianisme" à laquelle "se joint aussi une autocritique du christianisme moderne". Il s’agit – si je comprends bien – d’une sorte de "nouveau début" marqué par ce qui apparaît comme le vrai objectif de ce pontificat: la réconciliation de la religion et de la modernité.

Je crois que le pape, en avançant dans cette direction, prend un virage décisif non pas tant vis-à-vis du Concile Vatican II en tant que tel, mais sûrement vis-à-vis de la "vulgate" qui en a été largement répandue dans les années qui ont suivi.

En fait Benoît XVI semble mettre au centre de l’attention – non pas politique, mais théologique – de l’Église non plus sur le "monde" en général, mais sur l'Occident, le problème de l'Occident. Parallèlement il indique que les termes théoriquement cruciaux pour le discours chrétien sur la modernité ne sont plus, comme lors de Vatican II, la "justice", la "paix" et l'autodétermination individuelle et collective, mais la "raison" et la "science" (cette dernière, en particulier, étant quasiment absente des thématiques conciliaires).

Tout cela est bien visible dans la dernière encyclique du pape. Avec "Deus Caritas es", Joseph Ratzinger avait exploré certains changements révolutionnaires introduits par le message évangélique dans le monde de l'"intimité morale", en particulier dans les rapports avec l'autre, entre ces deux "autres" par antonomase que sont l'homme et la femme. Mais avec "Spe Salvi", il concentre son attention sur un aspect également décisif de ce que Benedetto Croce avait appelé la "révolution chrétienne" et qui est à l'origine du monde moderne: le rapport absolument nouveau par rapport à la dimension de l’avenir que cette révolution a impliqué pour les cultures où elle a pu s’affirmer.

Ainsi, l'analyse de Benoît XVI prend la forme - qui dans cette encyclique lui appartient vraiment mais qui apparaissait déjà dans la précédente - d’une déclinaison de la perspective théologique qui tend constamment à se présenter comme philosophie de l’histoire. Ou plutôt, pour ceux qui, comme moi, regardent ces questions de l'extérieur: elle tend à faire de la religion chrétienne l’origine première de l’histoire en tant que dimension typique de la pensée occidentale.

En effet, si la foi chrétienne est par essence une espérance, c’est-à-dire une foi dans un avenir ("les chrétiens ont un avenir"; "leur vie ne finit pas dans le vide"), comme le souligne inlassablement l'encyclique qui en fait son axe; si elle a "attiré l’avenir dans le présent", comme l’écrit le pape de manière incisive, et si elle l’a fait – poursuit-il – en pensant à l’avenir non pas de tel ou tel individu mais de toute la communauté des croyants, alors, comment ne pas y voir la condition de cette tension plus générale vers demain et l’au-delà qui a marqué si intimement toute notre civilisation ?

Mais c’est d’ailleurs de cette tension que découle l'idée qu’aujourd’hui prépare demain, que le sens de ce qui arrive aujourd’hui se trouve dans cette préparation, et que la vie humaine dans son ensemble, possédant une direction, un but, possède donc aussi un sens, une signification.

Voilà donc l'origine, en un mot, de l'idée d’histoire. Et donc celle de la fracture qui concrétise la modernité, puisque c’est justement dans le cadre de l’"espérance", de l’"avenir", du sens de l’histoire – tout au long d’un parcours qui a remplacé l'attente du Paradis par celle du progrès – que s’est développé ce qui est peut-être le principal moment de laïcisation de la mentalité collective moderne.

Le texte de Benoît XVI lui appartient pleinement, plus qu’aucun autre auparavant: on y lit, à un moment donné, un "je suis convaincu" tout à fait inhabituel dans une encyclique. C’est en grande partie la reconnaissance, dans le domaine de l’histoire des idées, des causes qui ont abouti à ce que l’espérance chrétienne soit expulsée du monde sous l’effet, en particulier, du binôme science-liberté. Mais le texte rappelle, bien sûr, que ni la science, ni les réalisations politiques, toujours partielles, de la liberté ne seront jamais en mesure de satisfaire le besoin de justice et d’amour qui s’agite en tout être humain et qui est au contraire la matière de l’espérance chrétienne, garantie par Dieu aux croyants: " Dieu seul peut créer la justice", de même que l'amour seul peut compenser la sombre "souffrance des siècles".

Même ceux qui, comme moi, n’ont pas la foi reconnaissent volontiers l'existence de cet incontournable "encore" que l’histoire humaine sans Dieu ne pourra jamais satisfaire.

Mais cet accord – qui n’a et ne veut rien avoir de formel et qui devrait d’ailleurs être presque considéré, sur le fond, comme acquis – ne peut empêcher l’expression d’une observation critique englobant toute l'analyse de l'encyclique, même si celle-ci est très convaincante en beaucoup de passages: pourquoi l’histoire de l'Occident chrétien s’est-elle déroulée ainsi ? Pourquoi semble-t-elle se conclure sur un échec de la religion alors que celle-ci l’a forgée si intimement ?

La réponse se trouve peut-être dans ce que l'encyclique elle-même appelle, à un moment donné – je l'ai déjà rappelé – la nécessaire "autocritique du christianisme moderne": indication à laquelle, toutefois, aucune suite n’est donnée.

Je me demande s’il est permis d’attendre de Benoît XVI ce que nous aurions certainement demandé au professeur Ratzinger. Je n’en sais rien. Mais je suis sûr que si jamais, à l’avenir, le pape voulait faire entendre sa voix pour répondre à cette question, sa voix susciterait peut-être un écho qui ne serait pas destiné à s’éteindre dans le temps.

Traduction française par Charles de Pechpeyrou, Paris, France.

Sources : La chiesa.it

Ce document est destiné à l'information; il ne constitue pas un document officiel

Eucharistie sacrement de la miséricorde - (E.S.M.) 07.07.2008 - T/Spe Salvi

 

 » Sélection des derniers articles  
page précédente haut de page page suivante