ACCUEIL

BENOÎT XVI

L'EVANGILE DU JOUR

LA FAMILLE

TEXTES DU VATICAN

JEAN PAUL II

CHRIST MISERICORDIEUX

ACTUALITE DE L'EGLISE

CATECHESES

LITURGIE

LES JEUNES

FIDELES LAICS

JOUR DU SEIGNEUR

SERVANTS DE MESSE

SPIRITUALITE

THEOLOGIE

VOCATIONS

VOYAGE APOSTOLIQUE

GALERIE PHOTOS

TV VATICAN

MEDITATIONS

BREVES

QUI SOMMES NOUS

NOUS CONTACTER
 
BIBLIOTHEQUE
FORUM
ESCHATOLOGIE
LIENS
.
STATISTIQUES
 
Ouverture du site
19 Avril 2005
 

Dans sa deuxième Encyclique, Benoît XVI dénonce l'ambiguïté du progrès

 

Rome, le 04 décembre 2007 - (E.S.M.) - Comment peut-on vivre ? Comment est-il possible d'"affronter notre présent", souvent marqué par l'égarement et la douleur ? Comment supporter chaque jour la difficulté de vivre ? C'est à ces questions - qui agitent le cœur de toute femme et de tout homme de notre temps - que veut répondre la deuxième Encyclique "Spe Salvi" du pape Benoît XVI.

L'Encyclique de Benoît XVI Pour agrandir l'image Cliquer

Dans sa deuxième Encyclique, Benoît XVI dénonce l'ambiguïté du progrès

L'attente qui habite déjà le cœur de l'homme

Comment peut-on vivre ? Comment est-il possible d'"affronter notre présent", souvent marqué par l'égarement et la douleur ? Comment supporter chaque jour la difficulté de vivre ? C'est à ces questions - qui agitent le coeur de toute femme et de tout homme de notre temps - que veut répondre la deuxième Encyclique "Spe Salvi" de Benoît XVI. Tout comme "Deus Caritas est", ce document pontifical, de manière limpide et exigeante, réfléchit lui aussi sur une affirmation néotestamentaire, de saint Paul cette fois. La réponse de l'Évêque de Rome est à la fois convaincante d'un point de vue rationnel et pleine de confiance dans son ouverture à une nouveauté radicale. Et l'être chrétien - qui selon le Pape n'est pas une idéologie ou une morale, mais la rencontre avec quelqu'un qui change véritablement la vie - fait chaque jour l'expérience de cette nouveauté radicale que Paul annonçait il y a près de vingt siècles: "Dans l'espérance nous avons tous été sauvés". C'est-à-dire dans l'attente d'un avenir qui habite déjà le cœur de l'homme.

Benoît XVI se préoccupe de repenser et d'expliquer les fondements du choix chrétien et sa racine est l'Ecriture; dans ce cas les, lettres pauliniennes en particulier, dictées dans un monde capable d'exprimer son angoisse dans les paroles d'une épitaphe qui semble écrite par le désespoir d'aujourd'hui: in nihil ab nihilo quam cito recidimus ("Du rien dans le rien, combien souvent nous retombons"). C'est sur certains termes du Nouveau Testament, enraciné dans la foi d'Israël, que le Pape fonde sa confrontation avec la tradition chrétienne, même celle exprimée par les images, gravées par exemple sur les sarcophages pour signifier l'attente du réveil définitif. Benoît XVI demande à son lecteur de l'attention et un effort, comme pour tout ce qui en vaut la peine. Et réfléchir sur ce vers quoi tend le cœur des êtres humains - même obscurément - vaut véritablement la peine.

L'explication que le Pape Benoît XVI donne des fondements de l'être chrétien part de l'Ecriture, lue à la lumière de la tradition chrétienne, et donc éclairée également par l'expérience de certaines figures exemplaires: celles des saints. Ainsi la pensée sur l'espérance de Benoît XVI - tant imprégnée de textes chrétiens, notamment patristiques et médiévaux, qu'attentive à la modernité - trouve une confirmation dans l'histoire chrétienne du XIX et du XX siècle. Comme l'expérience d'une petite esclave africaine, sainte Bakhita, qui reconnut finalement en Dieu un "maître" non plus terrible, mais "totalement différent" et qui lui changea la vie. Ou encore le témoignage bouleversant, conservé dans une véritable "lettre de l'enfer", du martyr vietnamien Paul Le-Bao-Thin: même dans l'abîme de la prison et de la haine déchaînée chez les victimes elles-mêmes, ce "prisonnier au nom du Christ" fit lui aussi l'expérience du salut dans l'espérance. Et comme lui un autre martyr de notre temps qui fut ensuite créé cardinal, Nguyen Van Thuan.

Soutenu par la tradition chrétienne - vivante dans les textes et vivante chez des multitudes de femmes et d'hommes qui ont su témoigner du nom du Seigneur jusqu'à l'extrême, mais aussi dans la peine et dans la joie de chaque jour, dans les "petites difficultés quotidiennes" - Benoît XVI ne craint pas la confrontation avec la pensée moderne, il la recherche au contraire, pour une relation paisible et confiante. Ainsi, l'explication de l'espérance méditée et vécue s'accompagne dans l'Encyclique du dialogue avec ceux qui sont à l'origine de la sensibilité de notre temps, souvent très éloignée de l'espérance chrétienne: des prémisses de Bacon à la réaction de Kant à la Révolution française, la critique du Pape - qui évoque celle d'autres penseurs du XX siècle comme Horkheimer et Adorno - s'étend jusqu'à Engels, Marx, Lénine, dont les enseignements sur la dictature du prolétariat ont laissé "derrière eux une destruction désolante", car ils ont "oublié l'homme" et "oublié sa liberté". Mais la critique de Benoît XVI s'adresse également au christianisme moderne, lorsque celui-ci n'est "en grande partie concentré que sur l'individu et sur son salut", sans même reconnaître "la grandeur de sa tâche"; même si ce qu'il a fait pour l'éducation de l'homme et le soin apporté aux faibles et aux personnes qui souffrent reste grand.

Face à ce que le Pape appelle "l'ambiguïté du progrès", il est alors nécessaire que la raison - "grand don de Dieu à l'homme", au point que "la victoire de la raison sur l'irrationalité est aussi un but de la foi chrétienne" - s'ouvre à la foi, selon une préoccupation caractéristique de la pensée de Joseph Ratzinger et à présent de sa prédication comme Evêque de Rome. Face au risque individualiste, Benoît XVI répète avec les Pères de l'Eglise, son maître saint Augustin et Henri de Lubac que le salut "a toujours été considéré comme une réalité communautaire".

Sauvés dans l'espérance, chaque jour de la vie de ce monde les chrétiens ont attendu et continuent d'attendre les réalités ultimes, dites jadis novissimi - la mort, le jugement, l'enfer, le paradis - et sur leur signification, toujours radicalement actuelle, le Pape réfléchit également de manière laïque, citant Dostoïevski et Platon. Mais les images de l'espérance les plus chères à la tradition chrétienne sont les images évangéliques, surtout selon le récit de saint Luc. De l'attente humble et silencieuse d'Israël avec le vieux Siméon et la prophétesse Anne à celle de Marie, en voyage pour se rendre auprès d'Elisabeth et qui se presse sur les monts de la Judée: "A l'image de l'Eglise à venir qui, dans son sein, porte l'espérance du monde à travers les monts de l'histoire". C'est à elle que Benoît XVI se confie lui-même et confie toute l'Eglise, en se souvenant assurément de ce qu'il disait dans sa dernière homélie avant d'être élu au Conclave. Que toute chose passe, l'argent, les édifices, jusqu'aux livres, et que seul demeure l'homme créé pour l'éternité: "Le fruit qui demeure est donc ce que nous avons semé dans les âmes humaines - l'amour, la connaissance; le geste capable de toucher le cœur; la parole qui ouvre l'âme à la joie du Seigneur. Alors allons et prions le Seigneur, pour qu'il nous aide à porter du fruit, un fruit qui demeure". Comme demeureront les fruits de l'Encyclique chez qui voudra la lire et méditer sur l'espérance.
G.M.V.

L'Encyclique "Spe Salvi"  texte intégral
[Allemand, Anglais, Espagnol, Italien, Latin, Polonais, Portugais]
"Spe Salvi"
en format Word

La table des articles "Spe Salvi"
Les photos de l'évènement Cliquez
La Vidéo de la signature
Cliquez
 

Sources: www.vatican.va - Osservatore Romano - 41207

Ce document est destiné à l'information; il ne constitue pas un document officiel

Eucharistie, sacrement de la miséricorde - (E.S.M.) 04.12.2007 - BENOÎT XVI - T/Sp. S

 

 » Sélection des derniers articles  
page précédente haut de page page suivante