ACCUEIL

BENOÎT XVI

L'EVANGILE DU JOUR

LA FAMILLE

TEXTES DU VATICAN

JEAN PAUL II

CHRIST MISERICORDIEUX

ACTUALITE DE L'EGLISE

CATECHESES

LITURGIE

LES JEUNES

FIDELES LAICS

JOUR DU SEIGNEUR

SERVANTS DE MESSE

SPIRITUALITE

THEOLOGIE

VOCATIONS

VOYAGE APOSTOLIQUE

GALERIE PHOTOS

TV VATICAN

MEDITATIONS

BREVES

QUI SOMMES NOUS

NOUS CONTACTER
 
BIBLIOTHEQUE
FORUM
ESCHATOLOGIE
LIENS
.
STATISTIQUES
 
Ouverture du site
19 Avril 2005
 

Motu Proprio du pape Benoît XVI : témoignage

 

Le 02 Juin 2008 - (E.S.M.) - Depuis plus de quarante ans, l'Église catholique vit une crise profonde, en particulier en Europe, spécialement en France, dont elle peine à sortir.

Messe de Paul VI contre messe "de saint Pie V" -  Pour agrandir l'image: Cliquez

Motu Proprio de Benoît XVI : témoignage

On ne se renie pas quand on agit dans l' obéissance de l'Église et pour la Charité.

Propos recueillis sur le site : le petit Placide :

1.- Depuis plus de quarante ans, l'Église catholique vit une crise profonde, en particulier en Europe, spécialement en France, dont elle peine à sortir. De profonds fossés se sont creusés, ou ont été sciemment creusés entre différentes parties du troupeau, et force est de constater que ni le constat de la gravité de la situation, ni le manque cruel de prêtres, ni l'enjeu du salut des âmes ne parviennent à l'emporter sur ces divisions ou à mettre efficacement en œuvre certaines volontés.

En France, la pomme de discorde est double : le concile, et la question liturgique. Surtout la question liturgique. Beaucoup, en effet, qui se déclarent "contre" le concile n'en ont en réalité jamais lu les textes (comme beaucoup, probablement, de ceux qui se déclarent "pour" - encore que la différence, pour eux, est qu'ils se placent ainsi d'emblée en confiance du Magistère, ce qui n'est pas du tout la même chose).

Messe de Paul VI contre messe "de saint Pie V". Cette dialectique a alimenté toutes ces années, émaillées de conflits en tous genres, de haines, d'injustices réciproques. Inutile de revenir là-dessus. Ce qui retient aujourd'hui l'attention, c'est que le pape Benoît XVI, parce qu'il est le Pasteur du troupeau, a voulu le réunir, en essayant d'apaiser ce conflit et de permettre à chacun de trouver sa place. Plus généreux en cela que ne l'avaient été ses prédécesseurs, il a fondé cette intention de deux manières : théologiquement, en articulant les deux formes liturgiques mises en cause l'une à l'autre (ordinaire et extraordinaire), sur un seul rite latin ; juridiquement, en reconnaissant le droit de chaque prêtre à célébrer selon les deux formes liturgiques et en établissant les conditions d'accès, au sein même des paroisses, à la forme extraordinaire.

Pour un observateur objectif, les conditions d'une véritable pacification étaient ainsi mises en œuvre. Des conditions finalement très simples, qui appellent simplement de chacun un peu de bonne volonté et de sens réel de l'Église, en rupture avec la poursuite des intérêts et des ambitions personnelles. Leur "liant", a priori, ne devait pas faire défaut, puisqu'il s'agit tout de la charité elle-même, dont l'Église n'est pas supposée être avare. De fait, en bien des endroits, des Pasteurs et des fidèles sont entrés dans l'intention du Saint-Père Benoît XVI, et l'ont faite leur, pour le bien de tous, en accueillant ceux qui sont bel et bien leurs fils ou leurs frères, et ces derniers jouent eux-mêmes "le jeu" d'une collaboration loyale au bien des âmes.

Mais, malheureusement, de fortes résistances demeurent.

2.- Il y a d'abord celles d'autres fidèles et d'autres Pasteurs qui, ayant le sentiment d'avoir jadis consommé heureusement une rupture avec les catholiques dits "traditionalistes" et une forme liturgique qu'ils paraissent honnir, n'entendent pas céder un pouce de ce qu'ils croient être une conquête irréversible. C'est comme si l'Église leur appartenait. Ils y ont fait jadis leur Révolution culturelle et peu leur importe qu'elle ait laissé sur le carreau tant de personnes, et qu'en maints endroits ils n'en caressent le souvenir que sur des ruines. L'essentiel est qu'il soit laissé libre court à leur inventivité et aux niaiseries désacralisées dans lesquelles ils se sont accoutumés de vivre. Il est hors de question pour eux de faire une place aux "intégristes". Rappelez-vous ces applaudissements indignes qui ont retenti dans une église à Saint-Germain-en-Laye à l'annonce par le curé de ce que la forme extraordinaire n'y serait pas célébrée.

Mais il y a un certain nombre de traditionalistes qui ont la nuque tout aussi raide. Bien sûr, Benoît XVI est en tous leurs discours. On se flatte de le rencontrer, on en parle avec des trémolos dans la voix. Ne s'est-il pas rangé à notre cause ? Le saint homme ! C'est ainsi du moins qu'ils l'analysent, le croient et le font croire. En réalité ils se mentent à eux-mêmes, et ils mentent aux autres. Car ils ne prennent du Pape que ce qui les arrange, et rien de plus. L'un d'eux me disait il n'y a pas si longtemps, peu avant d'aller faire des ronds de jambe auprès de son curé pour obtenir que soit célébrée la forme liturgique extraordinaire, en se présentant devant lui comme un fidèle bien soumis, bien sous tous rapports, avec du "Saint-Père" par ci et du "Saint-Père" par là, qu'il n'en avait rien à faire du Concile Vatican II.

Tels autres font mine d'ignorer, à propos de la messe, qu'en contrepoint des mesures juridiques évoquées plus haut, le Pape Benoît XVI a explicitement souligné que « évidemment, pour vivre la pleine communion, les prêtres des communautés qui adhèrent à l'usage ancien ne peuvent pas non plus, par principe, exclure la célébration selon les nouveaux livres. L'exclusion totale du nouveau rite ne serait pas cohérente avec la reconnaissance de sa valeur et de sa sainteté. ». Le Pape le précise très clairement : « Évidemment ». Comment le dire autrement ? Autrement dit : cela va de soi, parce que la forme ordinaire est bel et bien le droit commun liturgique de l'Église latine, et qu'une telle exclusion ne va pas sans une erreur dans la foi.

Qu'importe ! Les mêmes ergotent, biaisent, font mine de n'avoir rien vu, rien lu. Pire, certains prêtres ne craignent pas de gloser pour tenter d'expliquer que cette précision explicite ne les concernerait pas. Pourquoi ? Parce qu'ils se sont vu reconnaître le droit de célébrer selon la seule forme extraordinaire. La belle affaire ! Comme si la précision de Benoît XVI pouvait viser d'autres personnes que celles qui sont dans cette situation et comme s'il appartenait au Père Lambda ou à l'abbé Trucmuche de déterminer arbitrairement les limites à lui apporter !

Articles sur la Liturgie
 

 

 » Sélection des derniers articles  
page précédente haut de page page suivante