ACCUEIL

BENOÎT XVI

L'EVANGILE DU JOUR

LA FAMILLE

TEXTES DU VATICAN

JEAN PAUL II

CHRIST MISERICORDIEUX

ACTUALITE DE L'EGLISE

CATECHESES

LITURGIE

LES JEUNES

FIDELES LAICS

JOUR DU SEIGNEUR

SERVANTS DE MESSE

SPIRITUALITE

THEOLOGIE

VOCATIONS

VOYAGE APOSTOLIQUE

GALERIE PHOTOS

TV VATICAN

MEDITATIONS

BREVES

QUI SOMMES NOUS

NOUS CONTACTER
 
BIBLIOTHEQUE
FORUM
ESCHATOLOGIE
LIENS
.
STATISTIQUES
 
Ouverture du site
19 Avril 2005
 

Depuis le Motu Proprio de Benoît XVI...

 

Le 02 mai 2008 - (E.S.M.) - Depuis la promulgation du Motu Proprio Summorum Pontificum de Benoît XVI en juillet 2007, reconnaissant, à côté du rite romain « ordinaire », un rite « extraordinaire », le paysage liturgique de l’Église a, qu’on le veuille ou non, profondément changé.

L’Art de célébrer la messe Pour agrandir l'image: Cliquez

Depuis le Motu Proprio de Benoît XVI...

Une traduction qui vient à point
Père Michel Gitton

La traduction française de l’édition 2002 de la Présentation générale du Missel Romain est disponible en français depuis avril 2008 (1). Présentation et analyse.

Depuis le Motu Proprio Summorum Pontificum de Benoît XVI en juillet 2007, reconnaissant, à côté du rite romain « ordinaire », un rite « extraordinaire », le paysage liturgique de l’Église a, qu’on le veuille ou non, profondément changé. C’est donc dans un tout autre esprit que nous pouvons recevoir la traduction française enfin réalisée de la Présentation générale du Missel Romain (PGMR) qui vient de paraître. On sait que le pape Jean-Paul II avait tenu en 2002 à donner à l’Église une édition à jour du Missel Romain restauré à la suite du Concile Vatican II, dont la première édition remontait à 1969. Ce travail considérable, qui intégrait les additions faites au sanctoral, mais qui donnait aussi les mélodies complètes pour la célébration de la messe en langue latine, comportait, comme il se doit, des préliminaires. Ceux-ci, qui sont les héritiers de l’ancien code des rubriques (dont la dernière édition était de 1962), donnent les principes généraux de la célébration et de ses différentes parties, ainsi que des règles sur le rôle des divers ministres, sur le choix des formulaires, sur l’ornementation, etc.

La nouveauté, c’est que ce document est inévitablement pris dans l’optique d’une comparaison implicite avec le rite « extraordinaire ». Naguère, le triomphalisme post-conciliaire était de règle dans beaucoup de milieux : l’Église avait abandonné définitivement les vieilles pratiques pour des usages plus éclairés, qui avaient le double avantage de retrouver la simplicité des origines et d’être mieux compris des hommes d’aujourd’hui. Sur ces deux points, il a fallu déchanter, le thème du « retour aux sources » n’a pas résisté sur tous les points à une meilleure connaissance des origines (notamment sur la concélébration et la question de l’orientation de l’autel), et quant à la compréhension plus facile, on ne peut pas dire qu’elle ait abouti à ramener les foules dans les églises !

Ce n’est pas dire que le rite « ordinaire » ne puisse faire valoir des qualités propres qui ne sont pas nulles et qui, à notre avis, justifient largement son usage dans la plus grande partie de l’Église catholique. Mais la preuve doit en être faite et le document mis aujourd’hui à la disposition des prêtres et des fidèles peut sans doute y aider. Mais surtout, si l’on veut soutenir la comparaison, il convient que la célébration de la messe selon le missel de 2002 s’améliore, et donc que l’on accepte de lire, d’étudier et, au besoin, de se réformer.
Le premier usage de ce PGMR est donc de rappeler qu’il existe un rite romain de la messe, que ce n’est pas une pâte à modeler que chacun peut interpréter à sa guise, le § 42 introduit d’ailleurs une autre source, tout à fait essentielle, « la pratique léguée du Rite romain ». Nous sortons de « l’herméneutique de la rupture » et nous apprenons qu’il y a derrière nous une longue histoire dont ce missel est l’héritier, c’est là que nous pouvons trouver les solutions aux questions que le missel laisse sans réponse et que nous pouvons éclairer des choix que le missel laisse ouverts.

Le titre donné à la traduction française : l’Art de célébrer la messe est sans doute une heureuse trouvaille, il renvoie aux conclusions du synode de 2006 sur la Sainte Eucharistie, reprises dans l’exhortation apostolique du Saint-Père Benoît XVI (2). En réalité, l’objectif du texte dont nous avons maintenant la traduction n’est pas de donner une nouvelle législation sur le sujet (la liturgie ne se réforme pas par décret). On peine en effet à trouver au fil des pages des points qui traduiraient des modifications sensibles : même la prescription plus claire sur les pouvoirs des évêques et des conférences épiscopales (§ 387-390) est plutôt contraignante à leur égard. On peut citer l’insistance pour que toutes les lectures prévues soient faites « strictement » (§ 357), et quelques autres points en plus ou en moins. Mais on peut dire que l’objectif essentiel est de tirer les conclusions de la réception du missel de 1969, canalisant certains abus, remettant le tout dans une ambiance plus traditionnelle, comme en témoigne le préambule qui situe le missel dans la tradition liturgique de l’Église. On retrouve là un usage plus normal du ministère de Pierre qui n’est pas chargé de créer ex nihilo, mais de discerner dans la pratique ce qui va dans le sens de la continuité et du développement du rite romain et ce qui s’en écarte.

La traduction française, quant à elle, pour tardive qu’elle soit, arrive sans doute au bon moment. Elle se recommande par son incontestable lisibilité, même si certains choix aboutissent à de légères confusions (3). On voit la timide réintroduction d’un vocabulaire usant des termes propres au culte catholique, même si la tendance est encore limitée : on ose quelques fois parler de la « sainte communion », de l’« adoration de la croix », mais malheureusement pas du calice (qui est toujours une « coupe » sauf p. 126, § 327), on risque la « patène », etc. Surtout, les intitulés des prières retrouvent leur forme classique (Sanctus, Orate fratres, Agnus Dei), même si c’est avec traduction à la suite.

Si c’est un art qui est demandé, cet art demandera encore beaucoup de travail à ceux qui en sont les premiers usagers, c’est-à-dire les prêtres, souvent dépourvus en ce domaine de toute formation sérieuse (ceci étant vrai tous rites confondus). La perte de mémoire qui affecte notre société a atteint en ce domaine une ampleur vertigineuse. La défaillance d’une génération, qui avait pu recevoir l’écho de l’usage « reçu » mais ne l’a pas transmis, se fera encore longtemps sentir. Mais la prétention et le mauvais goût avec lequel tout liturge se croit volontiers compétent et prend ses habitudes pour la loi de l’Église (celle d’aujourd’hui ou de toujours, peu importe) n’est guère moins dommageable. Le chemin sera long, raison de plus pour s’y mettre sans retard....

Père Michel Gitton

(1) L’Art de célébrer la Messe. Présentation générale du Missel Romain, 3e édition typique 2002, préface de Mgr Robert Le Gall, Desclée-Mame, 2008, 224 pages, 12,50 e.
(2)
Sacramentum Caritatis, Exhortation apostolique post-synodale, 22 février 2007, § 38 et suiv.
(3) L’un au deuxième alinéa du n. 22 in fine, où, parlant des Messes stationales de l’évêque, le texte latin dit : Quare huiusmodi Missarum sollemnia exemplo esse debent universæ diœcesi, que cette traduction rend par : « C’est pourquoi de telles messes solennelles doivent être un exemple pour tout le diocèse » (p. 32) ; inutile de souligner que pour l’auteur du texte latin c’est la solennité de ces Messes – voire leur cérémonial – qui devrait être un [bon] exemple pour tout le diocèse. L’autre au troisième alinéa du n. 309, sur l’emploi de l’ambon.


Tous les commentaires sur l'Exhortation Sacramentum Caritatis
Le Motu Proprio
Le texte officiel et tous les commentaires

 

 

 » Sélection des derniers articles  
page précédente haut de page page suivante