ACCUEIL

BENOÎT XVI

L'EVANGILE DU JOUR

LA FAMILLE

TEXTES DU VATICAN

JEAN PAUL II

CHRIST MISERICORDIEUX

ACTUALITE DE L'EGLISE

CATECHESES

LITURGIE

LES JEUNES

FIDELES LAICS

JOUR DU SEIGNEUR

SERVANTS DE MESSE

SPIRITUALITE

THEOLOGIE

VOCATIONS

VOYAGE APOSTOLIQUE

GALERIE PHOTOS

TV VATICAN

MEDITATIONS

BREVES

QUI SOMMES NOUS

NOUS CONTACTER
 
BIBLIOTHEQUE
FORUM
ESCHATOLOGIE
LIENS
.
STATISTIQUES
 
Ouverture du site
19 Avril 2005
 

Dans l'intimité de Benoît XVI

Le 03 novembre 2014 - (E.S.M.) - Pour Benoît XVI, le pape n'a pas à se présenter en glorieux souverain, il est là pour rendre témoignage à celui qui fut crucifié, et être prêt à exercer son ministère, y compris, lui-même, sous cette forme, en liaison avec Lui.

Le pape Benoît XVI et Peter Seewald

Extraits de la première partie "SIGNES DES TEMPS" - Entretien de Benoît XVI avec Peter Seewald

1) LES PAPES NE TOMBENT PAS DU CIEL

Saint-Père, le 16 avril 2005, jour de votre soixante-dix-huitième anniversaire, vous déclariez à vos collaborateurs à quel point vous vous réjouissiez de prendre votre retraite. Trois jours plus tard, vous étiez le chef de l'Église universelle qui compte 1,2 milliard de membres. Ce n'est pas exactement une tâche que l'on se réserve pour le grand âge.
En réalité, j'attendais de trouver enfin paix et repos. Me voir soudain confronté à cette énorme tâche a été pour moi un choc, tout le monde le sait. C'est effectivement une gigantesque responsabilité.

Il y eut la minute dont vous avez dit plus tard que vous aviez littéralement senti siffler le « couperet » qui tombait sur vous.
Oui, la pensée de la guillotine m'est venue : maintenant le couperet tombe et c'est sur toi qu'il tombe. J'étais tout à fait sûr que cette fonction ne m'était pas destinée, que Dieu allait à présent m'accorder un peu de paix et de repos après ces années d'efforts. Je ne pouvais que dire et comprendre : la volonté de Dieu est manifestement différente, c'est quelque chose de tout autre, de nouveau, qui commence pour moi. Il sera avec moi.

Lors d'un conclave, on dispose d'avance dans ce que l'on appelle « la Chambre des larmes » trois vêtements pour le futur pape. L'un d'eux est long, l'autre court, le troisième de taille moyenne. Que vous est-il passé par la tête dans cette chambre où l'on dit que plus d'un nouveau pontife s'est déjà effondré ? Se demande-t-on encore une dernière fois, à cet instant-là : pourquoi moi ? Qu'est-ce que Dieu veut de moi ?
En réalité, à ce moment-là on est d'abord totalement absorbé par des détails pratiques, extérieurs. On doit se demander comment faire avec les vêtements et autres choses du même ordre. En outre, je savais que je devrais prononcer .tout de suite quelques mots au balcon et j'ai commencé à réfléchir sur ce que je pourrais dire. D'ailleurs, dès l'instant où cette charge a pesé sur moi, je n'ai pu que dire simplement au Seigneur : « Que fais-Tu de moi ? Maintenant c'est Toi qui portes la responsabilité. Il faut que Tu me guides ! Je ne peux pas. Si Tu as voulu de moi, alors il faut aussi que Tu m'aides ! »
En ce sens, j'étais, disons, dans une relation de dialogue constant avec le Seigneur : s'il me choisit, II doit aussi m'aider.

Jean-Paul II voulait-il vous avoir comme successeur ?
Je ne sais pas. Je crois qu'il s'en est remis entièrement au Bon Dieu.

Toujours est-il qu'il ne vous a pas laissé quitter votre fonction. On pourrait comprendre cela comme un
argumentum e silentio, comme un argument silencieux en faveur de son candidat préféré.
Il a voulu me maintenir dans ma fonction, c'est notoire. À l'approche de mon soixante-quinzième anniversaire, la limite d'âge à laquelle on doit proposer sa démission, il m'a dit : « Vous n'avez aucun besoin d'écrire cette lettre, je veux vous avoir jusqu'à la fin. » Telle fut la grande bienveillance imméritée dont il a fait preuve dès le début à mon égard. Il avait lu mon « Introduction au christianisme1 ». C'était apparemment pour lui une lecture importante. Dès qu'il avait été élu pape, il avait eu l'intention de m'appeler à Rome comme préfet de la Congrégation de la foi. Il avait placé en moi une grande confiance, tout à fait cordiale et profonde. C'était pour ainsi dire la garantie de garder le bon cap en matière de foi.

1. Publié en France sous le titre La foi chrétienne hier et aujourd'hui, traduit de l'allemand par E. Ginder et P. Schouver, Paris, Éditions du Cerf, 1996. (N.d.T.)  Benoît XVI : Pouvons-nous encore croire aujourd'hui ?

Vous avez rendu visite à Jean-Paul II sur son lit de mort. Ce soir-là, vous reveniez en hâte d'une conférence à Subiaco, où vous aviez parlé de « l'Europe de Benoît dans la crise des cultures ». Qu'est-ce que le pape mourant a eu le temps de vous dire ?
Il souffrait beaucoup, cependant il était très présent. Mais il n'a rien dit de plus. Je l'ai prié de me donner sa bénédiction, et il me l'a donnée. Ainsi, nous nous sommes séparés d'une poignée de mains chaleureuse et avec la conscience que c'était notre dernière rencontre.

Vous ne vouliez pas devenir évêque. Vous ne vouliez pas devenir préfet. Vous ne vouliez pas devenir pape. N'est-on pas effrayé devant ce qui arrive sans cesse contre sa propre volonté ?
Voici ce qu'il en est : Quand on dit oui lors de l'ordination sacerdotale, on peut certes avoir son idée de ce qui pourrait être son propre charisme, mais il y a une autre chose que l'on sait : je me suis mis dans la main de l'évêque et finalement du Seigneur. Je ne peux pas choisir ce que je veux. À la fin, je dois me laisser guider.
J'avais en fait l'idée que mon charisme était d'être professeur de théologie, et j'ai été très heureux lorsque cette idée est devenue réalité. Mais une autre chose encore était claire à mes yeux : je suis toujours entre les mains du Seigneur et je dois aussi compter avec ce que je n'ai pas voulu. En ce sens, j'ai certainement été surpris d'être soudain arraché de mon propre chemin et de ne plus pouvoir le suivre. Mais comme je l'ai dit, dans le « oui » fondamental, il y avait aussi l'idée que j'étais à la disposition du Seigneur et je devrais peut-être un jour faire des choses que je n'aimerais pas à titre personnel.

Vous êtes maintenant le pape le plus puissant de tous les temps. Jamais auparavant l'Église catholique n'a eu autant de fidèles, jamais encore elle n'a connu une telle extension, littéralement jusqu'aux extrémités du monde.
Bien sûr, ces statistiques sont importantes. Elles indiquent à quel point l'Église s'est propagée, elles montrent la taille de cette communauté qui englobe races et peuples, continents, cultures, hommes de toute sorte. Mais le pouvoir du pape n'est pas fondé sur les chiffres.

Pourquoi pas ?
La communion avec le pape est d'un autre ordre, tout comme, bien entendu, et naturellement, l'appartenance à l'Église. Parmi ce 1,2 milliard, beaucoup n'en font pas intimement partie. Saint Augustin l'a déjà dit en son temps : il en est beaucoup dehors qui semblent être dedans, et il y en a beaucoup dedans qui semblent être dehors. En matière de foi, d'appartenance à l'Église catholique, intérieur et extérieur sont mystérieusement entrelacés. En cela Staline, déjà, avait raison de dire que le pape n'a pas de divisions et qu'il ne commande rien. Il n'est pas non plus à la tête d'une grande entreprise où tous les fidèles de l'Église seraient pour ainsi dire ses employés ou ses sujets.
D'un côté, le pape est un être tout à fait impuissant. D'un autre côté, il a une grande responsabilité. Il est, dans une certaine mesure, celui qui conduit, le représentant de la foi, il a en même temps la responsabilité de faire que l'on croie en la foi qui unit les hommes, qu'elle demeure vivante et qu'elle reste intacte dans son identité. Mais seul le Seigneur Lui-même a le pouvoir de maintenir les hommes dans la foi.

Pour l'Église catholique, le pape est le Vicarius Christi, le représentant du Christ sur terre. Pouvez-vous vraiment parler à la place de Jésus ?
En proclamant la foi et en administrant les sacrements, chaque prêtre parle au nom de Jésus Christ, pour Jésus Christ. Le Christ a confié sa parole à l'Église. Cette parole vit dans l'Église. Et si j'accepte et vis intérieurement la foi de cette Église, si je parle et pense à partir d'elle, si je Le proclame, alors je parle pour Lui — même si naturellement il peut toujours y avoir des faiblesses dans les détails. Il est important que je n'expose pas mes idées, mais que j'essaye de penser et de vivre la foi de l'Église, d'agir avec obéissance sur Son ordre.

Le pape est-il vraiment « infaillible », dans le sens où on l'entend parfois dans les médias ? Un souverain absolu dont la pensée et la volonté ont force de loi ?
C'est faux. Le concept d'infaillibilité s'est développé au cours clés siècles. Il est né pour répondre à la question de savoir s'il existe quelque part une ultime instance qui décide. Le premier concile du Vatican, suivant une longue tradition venue des origines de la chrétienté, a finalement tranché : il existe une ultime décision ! Tout ne reste pas ouvert ! Le pape, dans certaines circonstances et sous certaines conditions, peut prendre des décisions ayant un caractère définitivement contraignant, qui éclairent ce qu'est la foi de l'Église et ce qu'elle n'est pas.
Cela ne signifie pas que le pape peut constamment produire de « l'infaillibilité ». Pour les affaires courantes, l'évêque de Rome agit comme n'importe quel autre évêque qui confesse sa foi, la proclame, qui est fidèle à l'Église. C'est seulement quand sont réunies certaines conditions, quand la tradition est devenue claire et qu'il a conscience de ne pas agir arbitrairement, que le pape peut dire : ceci est la foi de l'Église. En ce sens, le premier concile du Vatican a défini la capacité de prendre une décision ultime, afin que la foi garde son caractère contraignant.

Le ministère de Pierre, déclarez-vous, garantit la conformité avec la vérité et avec la tradition authentique. La communion avec le pape est la condition nécessaire à l'orthodoxie et à la liberté. Saint Augustin l'avait exprimé ainsi : Là où est Pierre, là est l'Église, et là aussi est Dieu. Mais cette formule date d'un autre temps, elle ne vaut pas forcément aujourd'hui.
Cette parole n'a pas été formulée ainsi, ni par Augustin, mais ici nous pouvons laisser cela en suspens. En tout cas, c'est un vieil adage de l'Église catholique. Là où est Pierre, là est l'Église.
Le pape peut naturellement avoir des opinions privées erronées. Mais, comme il a déjà été dit, quand il parle comme pasteur suprême de l'Église en conscience de sa responsabilité, alors il ne dit rien qui lui serait propre, qui viendrait juste de lui passer par l'esprit. Il sait qu'il porte cette grande responsabilité et qu'il est aussi sous la protection du Seigneur. Il sait qu'en prenant une telle décision il n'induit pas l'Église en erreur, mais qu'il garantit l'unité de celle-ci avec le passé, le présent et l'avenir et avant tout avec le Seigneur. C'est de cela qu'il s'agit et c'est ce que ressentent aussi d'autres communautés chrétiennes.

À l'occasion d'un symposium pour le quatre-vingtième anniversaire de Paul VI, en 1977, vous avez exposé ce que devait être un pape et comment. Il doit « se tenir et se comporter comme quelqu'un de très petit », citiez-vous d'après le cardinal anglais Reginald Pôle. Il doit « confesser qu'il ne sait rien hors de ce qui lui a été enseigné par Dieu le Père, par le Christ ». Être le Vicaire du Christ, c'est maintenir présent le pouvoir du Christ comme contre-pouvoir au pouvoir du monde. Et ce, non sous la forme d'une quelconque souveraineté, mais en portant ce fardeau surhumain sur des épaules humaines. Dans cette mesure, le lieu réel du vicaire du Christ, c'est la Croix.
Oui, aujourd'hui encore je tiens cela pour juste. La primauté s'est développée dès le commencement comme primauté du martyre. Au cours des trois premiers siècles,. Rome a été la périphérie et le centre des persécutions des chrétiens. Résister à ces persécutions et donner témoignage du Christ fut la tâche principale du siège épiscopal romain.
On doit considérer comme une action de la Providence qu'à l'instant même où le christianisme entrait en paix avec l'État, l'empire se transférait au bord du Bosphore à Constantinople. Rome était devenue la province, pour ainsi dire. Ainsi, l'évêque de Rome pouvait plus facilement établir l'indépendance de l'Église, sa différence par rapport à l'État. Il ne faut pas chercher volontairement le conflit, c'est clair, il faut désirer, au fond, le consensus, la compréhension. Mais l'Église, le chrétien et avant tout le pape doivent toujours s'attendre à voir le témoignage qu'ils doivent porter devenir un scandale, ne pas être accepté, et qu'alors le pape soit mis dans la situation du témoin, du Christ souffrant.
Que tous les premiers papes aient été des martyrs a un sens. Le pape n'a pas à se présenter en glorieux souverain, il est là pour rendre témoignage à celui qui fut crucifié, et être prêt à exercer son ministère, y compris, lui-même, sous cette forme, en liaison avec Lui.

Il y eut toutefois aussi des papes qui se sont dit : le Seigneur nous a donné cette fonction, maintenant nous voulons en profiter.
Oui, cela aussi appartient au mystère de l'histoire de la papauté.

L'aptitude chrétienne à la contradiction traverse votre propre biographie comme un constant motif de tissage. Cela commence au foyer familial, où la résistance contre un système athée est comprise comme le signe caractéristique d'une existence chrétienne. Au séminaire, vous avez l'appui d'un recteur qui a été interné au camp de concentration de Dachau. Comme prêtre, vous commencez dans une paroisse de Munich, où vos prédécesseurs furent exécutés par les nazis. Pendant le concile, vous vous opposez aux directives trop étroites des instances dirigeantes de l'Église. En tant qu'évêque, vous mettez en garde contre les menaces d'une société du bien-être. Cardinal, vous vous arc-boutez contre la démolition du noyau chrétien par des courants étrangers à la foi.
Ces lignes fondamentales ont-elles aussi influencé la manière dont vous donnez forme à votre pontificat ?

Une aussi longue expérience implique aussi une formation du caractère, elle marque la pensée et l'action. Naturellement, je ne me suis pas toujours contenté de pratiquer une opposition frontale. Il y a eu aussi beaucoup de belles occasions d'entente. Quand je pense au temps où j'étais simple prêtre, l'irruption du monde profane dans la famille était déjà sensible, mais malgré cela il y avait tant de joie dans la foi commune, à l'école avec les enfants, avec la jeunesse, que j'étais littéralement porté par cette joie. Et il en était ainsi quand j'étais professeur.
Ma vie a toujours aussi été traversée par cette conviction : c'est le christianisme qui donne la joie et fait grandir. On ne pourrait sans doute pas supporter une vie d'opposant systématique.
Mais en même temps j'avais toujours plus ou moins présent à l'esprit, l'idée que l'Évangile s'oppose toujours aux constellations puissantes. Ce fut bien entendu particulièrement fort dans mon enfance et ma jeunesse, jusqu'à la fin de la guerre. Ensuite, après les années 1968, la foi chrétienne est entrée en opposition contre un nouveau projet de société, si bien qu'elle a dû de nouveau tenir face à des opinions dominatrices. Supporter les attaques et résister fait donc aussi partie de la foi chrétienne — mais une résistance qui sert à mettre en lumière le positif.

Selon /'Annuario Pontificio, l'annuaire de l'Église catholique, vous avez créé pour la seule année 2009 huit nouveaux diocèses, une préfecture apostolique, deux nouveaux sièges métropolitains et trois vicariats apostoliques. Le nombre des catholiques a augmenté de dix-sept millions supplémentaires, autant que la population de la Grèce et de la Suisse réunies. Dans les quelque trois mille diocèses, vous avez nommé cent soixante-neuf nouveaux évêques. S'ajoutent à cela toutes les audiences, les homélies, les voyages, le nombre des décisions — et vous avez en outre écrit un grand ouvrage sur Jésus, dont le second volume sera bientôt publié. Vous avez aujourd'hui quatre-vingt-trois ans, où puisez-vous cette force ?
Je dois d'abord dire que ce que vous énumérez montre à quel point l'Église est vivante. Du seul point de vue de l'Europe, elle paraît être en déclin. Mais ce n'est qu'une fraction d'un ensemble. Dans d'autres parties du monde, elle grandit et elle vit, elle est pleine de dynamisme. Le nombre des nouveaux prêtres s'est accru dans le monde entier, comme celui des séminaristes. Sur le continent européen, nous ne voyons qu'une certaine partie et non la grande dynamique d'éveil qui existe réellement ailleurs et que je rencontre à chacun de mes voyages, et à travers les visites des évêques.
II est vrai que c'est beaucoup demander à un homme de quatre-vingt-trois ans. Dieu merci, il y a un grand nombre de bons collaborateurs. Tout est élaboré et mis en œuvre dans un effort commun. J'ai confiance dans le fait que le Bon Dieu me donnera autant de force qu'il m'en faut pour pouvoir faire le nécessaire. Mais je remarque aussi que mes forces faiblissent.

On a tout de même l'impression que le pape pourrait donner des cours de remise en forme.
(Le pape rit.) Je ne crois pas. Il faut naturellement bien répartir son temps. Et faire attention à se réserver des plages de repos suffisantes. À être présent de manière adéquate pendant les moments où l'on a besoin de vous. Bref: il faut maintenir une discipline tout au long de la journée et savoir à quel moment user de son énergie.

Utilisez-vous réellement le vélo d'intérieur que votre ancien médecin personnel, le Dr Buzzonetti, a installé pour vous ?
Non, je n'en ai jamais le temps, et Dieu merci en ce moment je n'en ai pas non plus besoin.

Le pape s'en tient donc au « no sports » de Churchill !
Oui !

D'habitude, vous vous retirez de la Seconda Loggia, les jours d'audiences au palais apostolique, à partir de 18 heures pour recevoir encore dans vos appartements, lors de ce que l'on appelle les audiences calendaires, les collaborateurs les plus importants. A partir de 20 h 45, dit-on, le pape mène sa vie privée. Que fait un pape pendant son temps libre, en supposant qu'il en dispose ?
Oui, que fait-il ? Naturellement, pendant son temps libre, il doit aussi lire et étudier des dossiers. Il reste toujours beaucoup de travail. Mais il y a aussi les repas en commun avec la famille pontificale, les quatre femmes de la communauté des « Memores Domini » et les deux secrétaires, ce sont des moments de détente.

Regardez-vous la télévision tous ensemble ?
Je regarde les informations avec les secrétaires, mais il nous arrive aussi, parfois, de regarder un DVD ensemble.

Quels films aimez-vous ?
Il y a un très beau film que nous avons récemment regardé, sur la sainte Joséphine Bakhita, une Africaine. Et ensuite nous regardons volontiers Don Camillo et Peppone...

Vous devez depuis longtemps connaître par cœur chacun des épisodes.
(Le pape rit.) Pas tout à fait.

Le pape a donc aussi une vie tout à fait privée.
Naturellement. Nous fêtons Noël tous ensemble, les jours de fête nous écoutons de la musique et nous discutons entre nous. Les fêtes de nos saints patrons sont aussi célébrées et à l'occasion nous chantons les vêpres en commun.
Bref, nous célébrons les fêtes ensemble. Et puis il y a les repas en commun et avant tout la Sainte Messe le matin. C'est un moment très important, où nous sommes tous rassemblés par le Seigneur d'une manière particulièrement intense.

Le pape est toujours habillé en blanc. Ne porte-t-il pas quelquefois, au lieu de la soutane, un pull-over de détente ?
Non. L'ancien second secrétaire adjoint du pape Jean-Paul II, Mgr Mieczyslaw Mokrzycki, m'a transmis la consigne en me disant : « Le pape a toujours porté la soutane, vous devez faire de même. »

Les Romains ne se sont pas peu étonnés quand ils ont vu dans le camion de déménagement les objets personnels avec lesquels, après avoir été élu deux cent soixante-quatrième successeur de Pierre, vous avez quitté votre logement pour habiter au Vatican. Avez-vous garni les appartements pontificaux avec vos meubles habituels ?
En tout cas mon bureau. Il était important pour moi de garder mon bureau tel qu'il s'est assemblé au cours de nombreuses décennies. En 1954, j'ai acheté ma table de travail et les premières étagères pour mes livres. Cela a pris de l'importance peu à peu. Il y a là tous mes livres, j'en connais chaque recoin et chacun a son histoire. J'ai donc emporté tout mon bureau au complet. Les autres pièces sont entièrement occupées par le mobilier pontifical.

Quelqu'un a découvert que vous tenez apparemment à garder les mêmes montres. Vous portez une montre-bracelet des années 1960 ou 1970, une Junghans.
Elle appartenait à ma sœur, qui me l'a léguée. Quand elle est morte, la montre m'est revenue.

Un pape na pas même de portefeuille personnel et encore moins de compte en banque. C'est exact ?
C'est exact.

Reçoit-il au moins plus d'aides et de consolations « d'en haut » que, disons, le commun des mortels ?
Pas seulement d'en haut. Je reçois tant de lettres de gens simples, de religieuses, de mères, pères, enfants, dans lesquelles ils m'encouragent. Ils m'écrivent : « Nous prions pour toi, n'aie pas peur, nous t'aimons. » Et ils ajoutent aussi des dons en argent et d'autres petits cadeaux...

Le pape reçoit des dons en argent ?
Pas pour moi directement, mais pour que je puisse aider d'autres personnes. Et cela m'émeut beaucoup de voir que des gens simples envoient quelque chose en me disant : « Je sais que vous êtes très sollicité, et je voudrais vous aider un peu moi aussi. » C'est ainsi qu'arrivent des consolations d'ordre très varié. Il y a aussi les audiences du mercredi avec les rencontres individuelles. Je reçois des lettres de vieux amis, parfois aussi des visites, bien que ce soit, bien sûr, devenu de plus en plus difficile. Comme je ressens toujours aussi la consolation « d'en haut », lorsque j'éprouve en priant la proximité du Seigneur, ou qu'à la lecture des Pères de l'Église je vois briller la beauté de la foi, cela donne corps à tout un concert de consolations.

Votre foi a-t-elle changé depuis qu'en tant que pasteur suprême vous êtes responsable du troupeau du Christ ? On a parfois l'impression que la foi est devenue plus mystérieuse, plus mystique.
Je ne suis pas un mystique. Mais il est exact qu'en tant que pape, on a encore beaucoup plus d'occasions de prier et de s'en remettre entièrement à Dieu. Car je vois bien que presque tout ce que je dois faire, je ne suis personnellement pas capable de le faire. Ne serait-ce que pour cette raison, je suis pour ainsi dire forcé de me mettre dans les mains du Seigneur et de Lui dire : « Fais-le, si Tu le veux ! » En ce sens, la prière et le contact avec Dieu sont encore plus nécessaires maintenant, et aussi plus naturels, et vont de soi bien plus qu'auparavant.

Pour parler en profane : existe-t-il une « meilleure liaison » avec le ciel, ou quelque chose comme une grâce d'état ?
Oui, on le sent parfois. Au sens de : j'ai pu faire quelque chose qui ne venait pas du tout de moi. Maintenant je m'en remets au Seigneur et je constate : Oui, il y a là une aide, quelque chose se fait qui ne vient pas de moi-même. En ce sens, on fait totalement l'expérience de la grâce d'état.

Jean-Paul II a raconté qu'un jour, son père lui a mis dans la main un livre de prières où se trouvait « la prière au Saint Esprit », et lui a demandé de la dire chaque jour. Peu à peu, il a compris ce que cela signifie quand Jésus affirme que les vrais adorateurs de Dieu sont ceux qui « l'adoreront en esprit et en véritél1». Qu'est-ce que cela veut dire ?
Ce passage dans le chapitre 4 de l'Évangile selon saint Jean est la prophétie d'une adoration pour laquelle il n'existera plus de temple, mais pour laquelle on priera sans temples extérieurs, en communion avec le Saint-Esprit et la vérité de l'Évangile, en communion avec le Christ. Là, on n'a plus besoin de temple visible, mais de la nouvelle communauté avec le Christ ressuscité. Cela reste toujours important, parce que c'est aussi un grand tournant du point de vue de l'histoire des religions.

1. Jn, 4,23. (N.d.T.)

Et comment prie le pape Benoît ?
En ce qui concerne le pape, il est aussi un simple mendiant devant Dieu, plus encore que tous les autres hommes. Naturellement je prie toujours en premier notre Seigneur, avec lequel je me sens lié pour ainsi dire par une vieille connaissance. Mais j'invoque aussi les saints. Je suis lié d'amitié avec Augustin, avec Bonaventure, avec Thomas d'Aquin. On dit aussi à de tels saints : Aidez-moi ! Et la Mère de Dieu est toujours de toute façon un grand point de référence. En ce sens, je pénètre dans la communauté des saints. Avec eux, renforcé par eux, je parle ensuite avec le Bon Dieu, en mendiant d'abord mais aussi en remerciant — ou tout simplement rempli de joie.

  Lumière du Monde
 

Sources : www.vatican.va -  E.S.M.
Ce document est destiné à l'information; il ne constitue pas un document officiel
Eucharistie sacrement de la miséricorde - (E.S.M.) 03.11.2014

 

 » Sélection des derniers articles  
page précédente haut de page page suivante